La phase d'examen des candidatures de Parcoursup a débuté le 4 avril. De l'université aux formations sélectives, les commissions de vœu devront examiner chaque dossier avant d'apporter les réponses aux candidats.

Depuis fin mars, la contestation contre Parcoursup et la loi ORE (orientation et réussite des étudiants) bat son plein dans les universités françaises. En plus des étudiants mobilisés, de plus en plus d’enseignants engagent des actions contre Parcoursup. 

Malgré tout, le calendrier mis en place par la plateforme d’accès à l’enseignement supérieur se poursuit : depuis le 4 avril et jusqu’au 18 mai, Parcoursup est désormais dans la phase de l’examen des candidatures

Examen de chaque dossier

Si celle-ci se déroule normalement, les candidats recevront trois propositions : « oui », « oui, si » ou « non ». Dans les formations sélectives (IUT, BTS, CPGE, etc.) pas de surprise : les candidatures seront examinées une par une et classées en fonction des critères préétablis et indiqués sur Parcoursup. 

A l’université en revanche, on trouvera deux cas de figure. Dans les filières en tension (dont le nombre de places est inférieur au nombre de candidatures) toutes les candidatures devront être classées, sans ex-aequo possible. C’est ici l’une des principales nouveautés par rapport à APB, pensée avec l’objectif de supprimer le tirage au sort pratiqué en dernier recours ces dernières années

Un logiciel d’aide à la décision

Pour chaque formation, une commission de vœu constituée d’enseignants et de responsables de formations devra ainsi paramétrer un logiciel fourni par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Appelé « outil d’aide à la décision », ce programme regroupe plusieurs critères qui seront réglés au cas par cas par les équipes pédagogiques : matières suivies, série du bac, fiche avenir, notes de terminales notes de terminales, projet de formation motivé, appréciations, etc. 

En choisissant quelles valeurs donner à ces critères, les commissions de vœu créeront un « algorithme local », qui permettra d’aboutir à un premier classement des dossiers de candidature. Ceux-ci recevront une note sur 20. La commission aura ensuite la tâche de départager les candidats ex-aequo. Pour cela, les notes pourront avoir jusque trois décimales après la virgules, même si certains enseignants craignent que ce ne soit pas suffisant

Réponses à partir du 22 mai

Après ce premier classement, un algorithme national prendra le relais pour une ultime mise à jour. Celui-ci pourra tout réordonner pour faire respecter le quota minimum de boursiers et le quota maximum d’étudiants hors académie.

Pour les licences ayant suffisamment de places pour accueillir tous les postulants, le classement des candidatures ne sera pas nécessaire. Les commissions de vœu devront tout de même examiner chaque dossier afin de transmettre une liste de candidats admis avec la réponse « oui » ou « oui, si »

Cette phase d’examen des dossiers se tiendra jusqu’au 18 mai 2018. Les réponses et propositions des établissements seront consultables sur le site de Parcoursup à partir du 22 mai.