Fact-checking. Le gouvernement annonce que 3 000 bacheliers sont sans affectation après la procédure normale de Parcoursup. Ils sont en réalité quinze fois plus nombreux.

« Un peu plus de 3 000 bacheliers sans affectation ». Ce sont les déclarations de Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, ce matin sur BFM TV, alors que la procédure normale de Parcoursup s’est achevée hier. 

F. Vidal se limite aux bacheliers

Si la ministre se veut rassurante, elle sous-estime grandement le nombre de candidats qui n’ont pas obtenu satisfaction de Parcoursup. Selon les dernières statistiques communiquées par le ministère, celles du 5 septembre, son estimation semble correspondre aux 3 674 lycéens « qui souhaitent s’inscrire dans l’enseignement supérieur » et dont le cas, a priori, n’a pas été réglé avant la fin de la procédure normale. 

En se limitant à cette seule population, Frédérique Vidal minimise les déçus de Parcoursup, notamment car elle oublie de compter les étudiants en réorientation. Avec eux, ce sont 7 745 candidats « qui souhaitent s’inscrire dans l’enseignement supérieur via Parcoursup ». 

40 000 candidats "inactifs"

Elle met également de côté les candidats considérés comme « inactifs » par la plateforme, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas contactés les commissions d’accès à l’enseignement supérieur pour trouver de l’aide. Ceux-ci sont 39 513, dont 23 726 lycéens. Qu’ils soient actifs ou non, eux non plus n’ont pas reçu d’affectation.

Au total, ce ne sont donc pas « un peu plus de 3 000 bacheliers sans affectation », mais bien 47 258 candidats, dont 27 400 lycéens. 

127 000 places ouvertes en procédure complémentaire

En outre, il ne faut pas oublier que 181 757 jeunes ont quitté la plateforme, notamment, pour certains, parce qu’ils n’avaient pas reçu d’affectation. Selon le dernier décompte précis sur ce point, datant du 22 juillet, 22 783 candidats avaient quitté la plateforme sans avoir reçu d’affectation.

Le bilan est donc bien plus lourd que l’annonce Frédérique Vidal. Pour autant, ils ont encore la possibilité de s’inscrire dans le supérieur, puisque plus de 127 000 places sont encore accessibles via la procédure complémentaire de Parcoursup, et des inscriptions sont également possibles en dehors de la plateforme.