Si les grandes écoles sont réputées pour leurs formations d'ingénieurs, les universités tirent aussi leur épingle du jeu. Pour Orientations, Borko, ingénieur en système d'information, revient sur son cursus universitaire.

Ecoles/universités : des formations qui se valent

Borko, étudiant en cursus d'ingénieur à l'université Borko, étudiant en cursus d'ingénieur à l'université
Borko, ingénieur en système
d'information. © DR

Borko, 27 ans, est ingénieur en système d'information. « Si on regardait des statistiques, on verrait sûrement que les diplômés d'écoles d'ingénieurs sont nombreux à avoir des parents eux-mêmes ingénieurs », lance-t-il.

Aujourd'hui à un poste à responsabilité dans un grand groupe énergétique, il a pu observer à loisir les profils de ses collègues sortis de grandes écoles. Car, s'il possède comme eux le précieux titre d'ingénieur, homologué par la Commission des Titres d'Ingénieur (CTI), Borko a fait pour sa part l'intégralité de son cursus... à l'université.

« Pour mes parents, c'était la même chose que je sois passé par l'université ou une école : je faisais des études d'ingénieur, et c'était tout aussi prestigieux », explique le jeune homme.

Une alternative au parcours des grandes écoles

Borko, qui a obtenu un bac S dans un lycée parisien, avait pourtant pour ambition première d'intégrer une classe prépa aux grandes écoles. Mais des notes juste au-dessus de la moyenne ne lui permettent pas d'accéder aux formations souhaitées.

Voulant rester à Paris, il s'inscrit alors en DEUG (Licence 2) « mathématiques, informatique et applications aux sciences », à l'université Pierre et Marie Curie (UPMC - Paris VII). Durant les deux premières années, il bénéficie en outre de cours complémentaires, « orientés prépa », en mathématiques et en physique.

Reçu aux concours de plusieurs écoles d'ingénieurs de province, il choisit encore une fois de rester à Paris, et d'intégrer l'institut Galilée, au sein de l'université Paris 13. Cette dernière formation lui permettra d'obtenir son diplôme d'ingénieur et de mener en parallèle un master recherche en « mathématiques appliquées ».

« J'ai pu utiliser ces deux cartes pour ma carrière : le titre d'ingénieur pour la grille de salaire, et le master recherche, qui donne un atout supplémentaire à mon profil et de plus grandes possibilités d'évolution à long terme », se réjouit Borko.

De quoi en encourager plus d'un à opter pour un cursus universitaire.

Dernière mise à jour : 28 juillet 2015