La semaine dernière, les candidats nantais ont dû repasser une épreuve pour valider leur premier semestre.

Ce devait être le septième et dernier examen de l’année, avant les vacances de Noël. Mercredi 13 décembre, en sortant de leur épreuve en sciences humaines et sociales, 1 600 étudiants en Paces (première année commune aux études de santé) à l’université de Nantes ont appris qu’ils devaient repasser cet écrit le lendemain.

Un sujet déjà traité en 2015

D’après la doyenne de la faculté de médecine, Pascale Jolliet, cette re-convocation est due à une erreur de copier-coller sur le sujet 2017. « Des étudiants qui triplaient leur Paces ont signalé qu’ils étaient tombés sur une grosse partie de l’examen de sciences humaines et sociales au concours de 2015. Cela entrainait une rupture d’égalité entre les candidats », détaille-t-elle.

L’équipe de tutorat santé de Nantes a tout de suite publié un communiqué sur Twitter pour en informer les étudiants.
 

© Twitter @TutoratNantes © Twitter @TutoratNantes

Des étudiants agacés

Dans cette filière en tension, seul un étudiant sur cinq valide sa première année. Après quatre mois de révisions intenses et une semaine d’épreuves, cet incident a donc fortement indigné les étudiants, déjà très stressés. Certains d’entre eux ont accusé le système universitaire, d’autres ont rejeté « la médiocrité » sur les professeurs « qui font passer un copier-coller d’annales pour une erreur matérielle ».
 

D’anciens étudiants ont aussi apporté leur soutien aux premières années.
 

Les étudiants en Paces ne sont pas les seuls dans ce cas. En juin dernier, plus de 8 000 candidats de sixième année de médecine avaient été contraints de repasser deux écrits du concours de l’internat. Des épreuves classantes qui permettent aux étudiants de choisir leur ville d’affectation en fonction de leurs résultats. Selon le ministère de l’enseignement supérieur, les deux sujets étaient déjà tombés lors de l’entraînement à l’examen.