Une enquête lycéenne réalisée en février 2015 révèle que de nombreux élèves sont très incertains sur l'orientation qu'ils souhaitent prendre à l'issue du baccalauréat.

Les lycéens sont désorientés. Une enquête* réalisée en février 2015 sur internet, auprès des élèves de lycée, dévoile que 54 % d'entre eux pensent que leur établissement n'est pas apte à assumer réellement la bonne orientation de tous ses élèves.

Une enquête lycéenne

A l'origine de cette enquête, Julie Golaz, 17 ans, élève de terminale L, élue au Conseil académique de la vie lycéenne (CAVL) de l'académie d'Orléans-Tours. Pour diffuser son questionnaire dans l'ensemble des académies française de métropole, elle est passée par le réseau du CAVL. « Je suis l'élève paumée par excellence, explique-t-elle, celle qui n'a jamais su ce qu'elle allait faire de sa vie. A travers cette enquête, je souhaitais simplement estimer l'importance des problèmes auxquels j'étais personnellement confrontée. »

Résultat ? « Les réponses des lycéens confirment l'impression que j'avais déjà, c'est à dire que les systèmes actuels ne sont absolument pas adaptés aux besoins des élèves, lance la lycéenne. Ces résultats doivent être considérés comme une sonnette d'alarme. Une réforme est nécessaire », ajoute-t-elle.

Des chiffres édifiants

Et pour cause, l'enquête révèle, entre autres, que 63 % des élèves de terminale générale interrogés ne savent pas quel parcours post-bac ils souhaitent emprunter. 58 % d'entre eux pensent d'ailleurs que le lycée n'est pas apte à assurer la bonne orientation de tous ses élèves. En première générale, ils sont même 59 % à avoir cette opinion. Des chiffres étonnants, d'autant que seulement 36 % des élèves de seconde estiment que leur établissement ne peut assurer l'orientation de chacun de ses élèves.

La défiance des lycéens arriverait donc après la classe de seconde. 43 % des élèves de première générale jugent d'ailleurs que le choix d'une filière spécifique dès la classe de première pose problème. Parmi eux, 47 % n'ont pas l'impression de disposer des informations nécessaires à leur orientation post-bac.

« Dans la situation actuelle, je pense que les lycées ne peuvent pas être capables d'orienter correctement tous leurs élèves, tente d'expliquer Julie Golaz. Dès l'orientation en première, des erreurs sont faites. A quoi servent vraiment les conseillers d'orientation psychologues que les élèves ne rencontrent pas une seule fois dans leur scolarité ? », conclut-elle.

* Document réalisé en février 2015 d'après les réponses de lycéens à un sondage concernant leur vision du lycée et de l'orientation.
Réponses enregistrées ayant servi aux statistiques : 730
Provenance : ensemble des académies françaises de métropole