Aux portes de l’Espagne, l’Occitanie regroupe le Midi-Pyrénées et le Languedoc-Roussillon. Dans cette région, 80 % des apprentis occupent un emploi 18 mois après leur formation. Y voyant une solution d’avenir, le conseil régional a signé en mars 2017 un grand plan d’investissement pour l’apprentissage. Objectif : atteindre les 40 000 apprentis d’ici cinq ans.

En Languedoc-Roussillon : La belle croissance de l’alternance

Le Languedoc-Roussillon se caractérise par sa diversité, entre un littoral méditerranéen et des zones rurales plus reculées. Son tissu économique est largement composé de PME dans des secteurs d'activité aussi variés que l'artisanat, le bâtiment, le tourisme ou l'informatique. Montpellier, la capitale, concentre une grande partie de l'activité et héberge de nombreuses multinationales.

L'alternance en fort développement

Pour répondre à la demande croissante de toutes ces entreprises, la région s'engage depuis longtemps dans le développement de l'alternance. « Et nous allons poursuivre nos efforts », prévient Béatrice Négrier, la vice-présidente chargée de la formation professionnelle et de l'apprentissage à la Région. « L'alternance est une véritable alternative d'excellence au parcours classique. Chaque année, de plus en plus d'entreprises réclament de nouvelles sections pour embaucher des apprentis », ajoute-t-elle.

« En 2007, nous avons décidé d'ouvrir l'alternance à tous. C'est une décision majeure : nous étions à 30-35 alternants par an en 1997, contre 640 en 2013 », se félicite François-Xavier Théry, ancien directeur du développement et des entreprises de Montpellier Business School.

En Midi-Pyrénées : L’alternance gagne les entreprises

La bonne santé économique du territoire Midi-Pyrénées est largement portée par une industrie aéronautique en plein essor. Sa capitale, Toulouse, première ville étudiante du pays, affiche un dynamisme économique impressionnant, même en période de crise. 

L'alternance plus forte que la crise

« L'alternance est un mode d'intégration professionnelle qui est très adapté et vertueux. Il existe depuis fort longtemps, mais il se montre toujours aussi efficace. Et pour cause : ce système permet aux étudiants de gagner en maturité, car ils doivent gérer les contraintes de l'école et de l'entreprise, un double emploi du temps… », souligne Paul Lauriac, directeur du centre de formation des apprentis de Toulouse Business School (TBS).

« Malgré une conjoncture économique difficile, les entreprises continuent de nous solliciter pour l'ouverture de formations supplémentaires », confie Janine Loïdi, ancienne vice-présidente du conseil régional chargée de la formation professionnelle et de l'apprentissage.

Car les employeurs de Midi-Pyrénées voient dans l'alternance un moyen efficace de recruter et de former de la main-d'œuvre qualifiée. Cette volonté se traduit également par un besoin de compétences de plus en plus élevé. « Nous avons mis l'accent sur les formations du supérieur, car il y a une vraie demande des recruteurs », souligne Janine Loïdi.