En se regroupant en une seule région, les cinq départements de la Normandie comptent près de 25 000 apprentis, répartis dans 69 CFA. En novembre 2016, la région a lancé un grand plan d’investissement, estimé à 136 millions d’euros, visant à augmenter de 50 % le nombre d’apprentis d’ici 2021.

En Basse-Normandie, un dynamisme favorable à l’alternance

La Basse-Normandie, essentiellement rurale, dispose d'un tissu économique constitué en grande partie de PME-PMI et de grosses unités industrielles. Sa situation géographique, au nord-ouest de la France et son réseau de transports terrestres, de plus en plus performant, lui laissent espérer un important développement.

Parmi les secteurs les plus dynamiques, il faut compter sur la grande distribution, l'agroalimentaire, l'industrie et la banque. « La tendance est au développement de l'alternance, sous contrat d'apprentissage ou de professionnalisation », constate Mathilde Brossier, directrice du service marketing et relations entreprises de l'École de management de Normandie. 

En Haute-Normandie, des ambitions pour l’apprentissage

Au menu des formations proposées en Haute-Normandie, on retrouve des secteurs d’activité « classiques » tels que l’agriculture, le bâtiment, la mécanique, l’électricité, le commerce et la distribution, le paramédical, l’hôtellerie… Mais aussi des spécialités propres à la région, liées à la pêche, la mer ou l’aquaculture.

Pour répondre à la demande en main-d’œuvre de ces divers secteurs, la région s’attache à proposer de nouvelles formations, à l’image des cursus d'ingénieurs généralistes. « Le but est d’augmenter l’apprentissage, mais pas au détriment des autres formations » explique Hélène Ségura, ancienne vice-présidente de la Région Haute-Normandie, déléguée à la formation.

Divers soutiens, notamment financiers, sont ainsi mis en place pour les futurs alternants. Elle propose ainsi des subventions pour les projets de mobilité individuelle et collective. Un moyen d’acquérir une expérience professionnelle en France et à l’étranger.