La Mutuelle générale de l'Education nationale (MGEN), qui devait aider La Mutuelle des étudiants (LMDE) à sortir la tête de l'eau, va finalement annuler son plan de sauvetage, a-t-on appris lundi 20 octobre. Une nouvelle qui met la mutuelle étudiante dans une situation très périlleuse.

En juillet dernier, La Mutuelle générale des étudiants (LMDE) était placée sous administration provisoire suite à de nombreuses difficultés financières. Lundi 20 octobre, la Mutuelle générale de l'Education nationale (MGEN) qui devait normalement aider la LMDE a finalement décidé d'abandonner son plan de sauvetage. C'est ce qu'a annoncé le président de la MGEN, Thierry Beaudet, en début de semaine dernière.

Une mésentente entre les deux mutuelles

« L'administratrice provisoire ne nous a pas fait partager ses conclusions sur la manière de redresser la LMDE. Mais plusieurs indices nous laissent penser que l'adossement tel qu'initialement envisagé n'est pas le scénario privilégié, a déclaré le président de la MGEN durant une rencontre avec l'Association nationale des journalistes de l'assurance. Je vais proposer à notre conseil d'administration de mettre fin au plan d'adossement qu'on avait imaginé », conclut-il.

De son côté, Anne-Marie Cozien, administratrice provisoire de la LMDE, donne une toute autre version dans le journal Les Echos. « J'ai toujours exprimé ma préférence pour un adossement à la MGEN, qui était la solution la plus facile et la plus rapide à mettre en œuvre. J'appelle de mes vœux à une reprise du dialogue (...). Il faut trouver une voie de sortie par le haut pour tout le monde, sinon on peut craindre le pire pour la LMDE », s'inquiète-t-elle.

L'Unef milite pour une réorganisation durable de la LMDE

De son côté, l'Union nationale des étudiants de France (Unef), qui entretient des liens très étroits avec la LMDE, souhaite une réorganisation de la mutuelle. Dans un communiqué de presse publié le 24 octobre, le syndicat étudiant propose un adossement de la LMDE à la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS).

Selon l'Unef, cette solution permettrait d'améliorer la qualité des services à destination des étudiants puisqu'elle leur ferait « bénéficier des standards des caisses primaires d'assurance maladie pour la délivrance de carte vitale, les délais de remboursement... » Cette alternative limiterait également les conséquences d'un plan social, déclare le syndicat étudiant, puisqu'« une part des salariés de la LMDE en charge du régime obligatoire pourra être transférée dans la CNAMTS ».

L'Unef ajoute qu'il faut que la LMDE parvienne à proposer une offre complémentaire « adaptée aux besoins des étudiants ». Pour cela, la mutuelle étudiante « doit ouvrir des négociations avec ses partenaires mutualistes, notamment la MGEN », expose le syndicat étudiant. Pour finir, l'Unef ajoute qu'une « réforme structurelle » du régime étudiant doit être engagée par « les pouvoirs publics ».