Trois universités françaises se sont hissées sur le podium des meilleures du monde. Parmi elles, Montpellier, qui obtient la première place dans le secteur de l’écologie.

Les universités américaines n’ont pas réussi à rafler toutes les mises. Comme chaque année, le classement de Shanghai donne les résultats des meilleures universités du monde. Au total, plus de 4 000 établissements sont passés au crible. 

En fonction de leur secteur d'études (sciences sociales, sciences naturelles, ingénierie, sciences du vivant, médecine), les universités sont classées selon plusieurs critères dont le nombre d’articles de recherche publiés et la proportion d'anciens étudiants devenus prix Nobel. Des conditions strictes qui n’ont pas empêché trois universités françaises de grimper sur les première et deuxième marches du podium.

Les universités françaises, championnes en sciences naturelles

Parmi les meilleures, l’université de Montpellier permet à la France de s’inscrire en tête du classement en écologie. Une belle réussite pour l'école qui devance Oxford, l’une des universités anglaises les plus réputées. D’ailleurs, dans le secteur des sciences naturelles, la France s’est particulièrement démarquée cette année. Au total, 18 universités font parties des 50 meilleures dans les huit disciplines que comptent les sciences naturelles.

Parmi elles, l’université de Paris-Sud et celle de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, toutes deux classées au deuxième rang des meilleures écoles mondiales en mathématiques et sciences de l’atmosphère. Deux disciplines dans lesquelles les universités françaises excellent avec notamment sept écoles parmi les 50 meilleures en mathématiques. La physique et les sciences de la Terre comptent aussi chacune six universités françaises dans le top 50.

Peut mieux faire

Par ailleurs, quel que soit leur secteur d'études, six universités françaises ont réussi cette année à faire exploser les scores. C’est le cas de l’université de Grenoble Alpes, classée dans le top 50 de huit disciplines. Mais aussi Paris-Sud, la Sorbonne et Toulouse 3, récompensées dans cinq disciplines. Ainsi que Paris Diderot et l’institut national polytechnique de Grenoble, meilleures universités dans trois disciplines.

Pour autant, dans certains domaines, la France est totalement absente. En médecine, seules Paris Descartes et Paris-Sud intègrent le classement en pharmacie et en médecine clinique. En sciences sociales, les universités françaises ne font pas beaucoup mieux avec quatre écoles primées parmi les quatorze disciplines du secteur.

Harvard, l’imbattable

De plus, si la France réussit à faire mieux qu’en 2017, elle doit tout de même faire face à un adversaire de taille. Cette année encore, les universités américaines se positionnent parmi les meilleures du monde dans 35 disciplines sur 54. Notamment en médecine et en sciences sociales où elles raflent la quasi-totalité des premières places. Parmi les plus connues : Harvard, première dans 17 disciplines, le MIT, Columbia, Stanford, Pennsylvania, Berckeley…

Mais dans le secteur de l’ingénierie, les Etats-Unis se font tout de même concurrencer par la Chine. Quant au Royaume-Uni, Oxford et Cambridge restent en tête dans seulement deux disciplines : la géographie et l’ingénierie mécanique. Contrairement aux Pays-Bas qui arrivent toujours sur la troisième marche du podium avec l’université de Wageningen, première en sciences agricoles et en sciences et technologies de l’alimentation ainsi que l’université de Rotterdam, première dans le domaine de l’administration publique.