Mathieu Legagneux, 19 ans, étudiant en classe préparatoire économique et commerciale à Sotteville-lès-Rouen, a obtenu son bac STMG (Sciences et Technologies du Management et de la Gestion) avec la mention bien en 2014. Pour Orientations, il revient sur cette grande satisfaction.

Mathieu Legagneux Mathieu Legagneux
Mathieu Legagneux © DR

L'année du bac, les lycéens doivent mettre les bouchées doubles pour obtenir leur diplôme avec la meilleure des notes. C'est ce qu'a fait Mathieu Legagneux lors du passage de son baccalauréat STMG (Sciences et Technologies du Management et de la Gestion), en juin 2014. Avec à la clé une note supérieure à 15 et la mention bien. Cet étudiant en classe préparatoire économique et commerciale à Sotteville-lès-Rouen revient sur cette période de sa vie.

Une année de travail intense

Pour Mathieu, au début de son année de terminale, le baccalauréat était loin d'être acquis. « Je partais avec dix points de retard », raconte-t-il. Alors, tout au long de l'année, il décide de travailler de manière régulière. « Sur les matières à gros coefficient comme le management, les ressources humaines, l'économie/droit : j'ai fait des fiches tout au long de l'année. Puis, les contrôles effectués au cours de l'année se rapprochaient de ce qui était attendu le jour du bac, alors, nous étions préparés », se souvient-il.

« J'ai eu de bonnes notes tout au long de l'année, poursuit le jeune homme. Il n'y avait donc aucune raison de stresser, pas de pression à avoir. Les professeurs ont terminé le programme assez tôt, nous avions le temps pour nous préparer normalement entre camarades. J'étais confiant, c'était ma meilleure année scolaire, je n'avais jamais autant travaillé. J'étais prêt », se rappelle-t-il.

Des épreuves qui se passent bien

Quelques jours avant le bac, Mathieu effectue les derniers préparatifs et fait un dernier point sur ses révisions. « Tout était au point. En me couchant la veille de l'épreuve de philosophie, j'étais prêt pour cette semaine d'épreuves. En sortant de chaque examen, nous ne parlions pas trop de cela avec nos camarades. Le bac se déroulait pendant la Coupe du Monde de football, alors, on préférait parler de ça », précise-t-il.

Chaque épreuve se déroule comme il l'avait prévu. « Je redoutais les mathématiques car j'avais beaucoup de mal avec cette matière. J'ai essayé de faire du mieux que je pouvais », explique-t-il. Puis, les examens se terminent. « Je n'aime pas trop les soirées, donc je suis rentré chez moi, comme la plupart de mes amis, raconte Mathieu. Rien ne vaut un bon match de foot après une longue semaine d'examens ».

Des résultats très satisfaisants

Arrive enfin l'heure des résultats. « Je les ai regardés en me réveillant. Lorsque j'ai vu mes notes, j'ai prévenu mes proches et suis parti chercher le relevé dans mon établissement. Le soir, nous avons fêté cela en famille », commente-t-il. Mathieu, qui partait avec des points de retard, est très satisfait de sa note.

« On nous parlait du bac depuis longtemps, alors avoir une mention bien est une sorte d'accomplissement. Maintenant que je suis en classe préparatoire, je me rends compte que ce n'était qu'une petite étape et que ce diplôme représente surtout un passeport pour l'enseignement supérieur. Cela donne l'opportunité de continuer ses études », conclut-il.