Le M du LMD, c'est le Master. De niveau bac+5, il est devenu le diplôme phare de l'université.

Selon le ministère de l'Education, un master permet “dans un même domaine de formation, d'organiser une palette de parcours facilitant l'orientation progressive des étudiants :

  • Soit dans une voie à dominante professionnelle débouchant sur un master professionnel
  • Soit dans une voie à dominante recherche débouchant sur un master recherche

Master à l'université : comment ça marche ?

Le master, qu'il soit de recherche ou professionnel, est accessible de droit aux titulaires d'un grade licence générale. Ils se préparent en deux années, ou quatre semestres, évalués à 120 crédits ECTS.

La première année, qui octroie 60 crédits ECTS, s'apparente à deux semestres de tronc commun au terme duquel les étudiants se dirige vers un M2 recherche ou un M2 professionnel. A l'entrée de la M2 par contre, la sélection se fait sur dossier en fonction des résultats obtenus et des places disponibles.

Comme son nom l'indique, le master professionnel mêle enseignements théoriques et professionnels et stage en entreprise. Il permet donc d'acquérir une qualification et des compétences professionnelles. Il débouche sur l'entrée sur le marché du travail.

Le master recherche, pour sa part, constitue certes un diplôme à part entière, mais surtout un tremplin vers la poursuite d'études doctorales, le fameux D de LMD.

Un master après une licence pro ?

Rejoindre un Master après une Licence professionnelle reste une solution peu conseillée. Les enseignements Licence professionnelle sont tournés vers l'acquisition de compétences professionnelles et l'insertion dans la vie active.

En postulant pour un master, votre dossier aurait dans un premier temps du mal à passer le premier barrage de sélection. Ensuite, une fois en cours, vous risqueriez de devoir fournir un gros effort pour rattraper le niveau de vos condisciples dans les matières générales.

Si vous envisagez malgré tout un master pour augmenter votre niveau de qualification, pourquoi ne pas vous insérer dans la vie active pour quelques années avant de revenir valider vos compétences acquises par le biais de la VAE ou de la formation continue.