Entrer en master signifie bien souvent l'aboutissement des études. Déjà trois années post-bac derrière soi, une licence en poche, une première expérience professionnelle sous forme de stage... Il ne manque plus qu'une coloration internationale à son cursus pour compléter la panoplie du parfait candidat destinée à séduire le recruteur.

Sur un plan personnel, les premières années de sélection sont passées, et le 3ème cycle, même s'il ne s'annonce pas de tout repos, constitue une période privilégiée où l'on peut enfin s'autoriser quelques libertés pour réaliser ses rêves d'ailleurs.

Erasmus et moi

Au niveau 3ème cycle, partir avec le programme Erasmus prend une tout autre dimension. Les formules disponibles offrent la possibilité de passer de trois mois à un an dans un pays étranger de l'Union Européenne.

A noter, les crédits ECTS obtenus à l'étranger sont validés par l'établissement d'origine et entrent donc dans le processus de validation du diplôme. Au-delà de la simple découverte d'une culture, ce séjour permet de bénéficier d'une formation professionnelle de haut niveau peut-être inexistante ou différente de la France. L'occasion, de plus, de nouer des contacts sur place en vue d'un retour ou d'un développement de marché une fois diplômé.

Extension de ce programme, Erasmus Mundus a été créé en 2004, et vise à promouvoir des formations d'excellence européennes de niveau Master et Doctorat. Les étudiants d'Erasmus Mundus suivent leur formation dans deux pays différents au minimum, obtiennent un diplôme double, multiple ou conjoint et peuvent bénéficier d'une bourse et d'un financement de leurs frais de déplacement.

Plus d'informations sur le site de l'Agence Europe-Education-Formation France : www.2e2f.fr/

Les doubles diplômes

Au sein des écoles, la tendance est plus aux accords binationaux. Au fil de leur développement, ces établissements ont multiplié les partenariats avec des établissements étrangers.

A la clé, un semestre ou une année à l'étranger, le plus souvent conclu par un double diplôme. Cette possibilité, longtemps l'apanage des écoles, commence seulement à apparaître dans les universités, de façon encore timide.