Vendredi matin, le premier ministre recevra les organisations de jeunesses à Matignon. Najat Vallaud-Belkacem souhaite ouvrir le dialogue, et l'Unef compte faire entendre ses revendications.

Ce vendredi matin 11 mars, Manuel Valls « va recevoir les organisations de jeunesse », selon Najat Vallaud-Belkcam, ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Hier soir, elle a indiqué sur le plateau de France 2 vouloir « continuer le dialogue avec elles. »

« Mobilisation sérieuse qu'il faut écouter »

La ministre voit en la manifestation du mercredi 9 mars une « mobilisation sérieuse qu'il faut écouter. » « Il faut que chacun de ceux qui ont participé à cette mobilisation et qui ont un certain nombre d'inquiétudes à faire valoir, mais aussi des aspirations, je parle notamment de la jeunesse, puissent être entendus », a-t-elle développé. 

Najat Vallaud-Belkacem a tenu à rappeler que François Hollande et son gouvernement ont « donné la priorité à la jeunesse dans ce quinquennat ». Jeunesse qui, selon l'Unef, se sent abandonnée par cet avant-projet de loi Travail. 

Entre 224 000 et 500 000 manifestants

Le président du premier syndicat étudiant de France, William Martinet, a réagi sur Twitter à l'invitation du premier ministre. « Nous dirons à Matignon ce que nous avons dit dans la rue : retrait et contre-propositions », promet-il. 

Le mouvement étudiant et citoyen contre l'avant-projet de loi a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes. Selon l'Unef, on comptait 500 000 personnes dans les rues de toutes la France, mercredi 9 mars. Ils étaient 400 000 selon les autres organisations syndicales, et 224 000 selon le ministère de l'Intérieur. 

L'Unef a appelé à de nouvelles mobilisations, les 17 et 31 mars prochains.