Les premiers résultats du baccalauréat sont tombés ce matin. Entre stress, cris de joie et quelques larmes, réactions des bacheliers au lycée Condorcet à Paris.

Ils étaient plus de 750 000 lycéens à attendre avec impatience les résultats du bac 2018. A partir de 8 heures, certains ont pu découvrir avec surprise la mention « admis » sur leur relevé de notes.

Toute la matinée, en fonction des académies, les résultats seront dévoilés aux lycéens. Seuls les candidats de l'académie de Rouen devront patienter jusqu’à 18 heures avant de pouvoir profiter de leur week-end. Au lycée Condorcet à Paris, les élèves ont laissé éclater leur joie et sécher les larmes de certains d’entre eux qui iront dès la semaine prochaine aux rattrapages.

Les résultats : un soulagement

Dès 10 heures, une centaine d’élèves étaient déjà présents au lycée à trépigner d’impatience pour connaître leurs résultats. « J’étais super stressé, depuis hier soir, je ne faisais que d’y penser. La pression est montée d’un cran quand je suis arrivé et que j’ai vu tout le monde en train d’attendre », a expliqué un élève de terminale ES.

Mais les doutes ont vite laissé la place aux cris de joie. « Je l’ai eu ! Avec mention en plus ! Il faut que j’appelle ma mère ! » Une vraie surprise pour certains qui ne s’attendaient pas à être admis du premier coup. « J’ai une amie qui l’a eu avec 10,01, c’est incroyable ! » D’autres ont travaillé dur pour y arriver : « J’avais à peu près 11 de moyenne tout au long de l’année, je suis passé à 13 mais j’ai tout donné ! »

Dans la cour, il y a ceux qui se sautent dans les bras en hurlant et ceux qui restent plus discrets, un peu déçu de leurs notes. « J’ai eu 13,6, je suis passé à ça de la mention bien, ça m’énerve. Tout ça à cause de l’histoire, j’ai eu 7/20 alors que j’ai assuré en maths et en physique, mes deux matières qui comptaient le plus », s’agace un élève de terminale S, avec tout de même le sourire aux lèvres. « C’est quand même un soulagement, je suis content, on n’a plus qu’à fêter ça maintenant », poursuit-il.

L’émotion des parents d’élèves

Au lycée, plusieurs parents étaient également venus soutenir leurs enfants. « Je voulais savoir parce que ça me stressait un peu quand même », admet le père d’un bachelier. « C’est le dernier de la fratrie, c’est une étape qui se termine et maintenant c’est terminé, je suis bien content », avoue un autre en rigolant. Un stress palpable chez les parents d’élèves qui ne restent pas moins très fiers : « Il est déçu pour sa mention mais je trouve que c’est déjà très bien, il l’a eu, c’est le principal. »

Dans la cour, les mamans sont aussi venues féliciter leurs enfants, non sans émotion. « Je suis très émue, on se doutait qu’il aurait son bac mais c’est une étape, c’est important », explique l’une d’elles, les larmes aux yeux.

Et même lorsque les parents n’étaient pas présents physiquement, ils n’étaient jamais très loin. « Maman, je l’ai ! Je te rappelle dès que j’ai mes notes. » Téléphone en main, les messages ont fusé pour prévenir les familles des bacheliers. « J’ai oublié mon frère, il faut que je lui dise quand même, il ne va pas y croire », s’excite l’une des diplômées.

Parcoursup et la coupe du monde : et alors ?

Ce matin, les lycéens n’avaient donc qu’un seul mot à la bouche : le bac. Quant à Parcoursup, il s’agit d’une histoire ancienne pour la plupart d’entre eux. « Franchement, aujourd’hui, on s’en fiche, on profite juste de nos résultats », affirme l’un des bacheliers avant de sauter de joie en rejoignant ses camarades.

La coupe du monde faisait également partie du cadet de leurs soucis. Alors que l’équipe de France s’apprête à jouer à 16 heures, pour les bacheliers, l’heure est plutôt à la rigolade. « On va au resto ce soir, hein ? », taquine un élève. « Mais oui, c’est prévu, même si la France perd ! », répond son père.