Luc Pontet, directeur de Brest Business School et Vannes Business School a répondu aux questions d'Orientations. Il évoque les objectifs de l'école suite à l'explosion de France Business School, et revient, entre autres, sur le refus de la Banque commune d'épreuves de réintégrer les anciennes écoles de FBS.

Suite à l'explosion de France Business School il y a quelques mois, les différentes écoles ont repris leur indépendance. Comment se déroule cette période de transition ?

Les écoles de France Business School sont en train de reprendre leur indépendance. Depuis juillet, nous travaillons à redonner une autonomie aux différents campus. Actuellement, nous sommes encore salariés de FBS. Le processus va prendre deux ou trois mois. L'indépendance totale arrivera en janvier ou février pour tous les campus.

Dans ce cadre là, à Brest, nous avons commencé à travailler au niveau de la gestion, mais aussi des aspects de communication de la marque. A partir du moment où nous sommes redevenus autonomes, nous avons décidé de changer de nom. Nos campus de Brest et de Vannes ont donc adopté des noms à la mode : Brest Business School et Vannes Business School.

Nous sommes là pour former des jeunes à intégrer les entreprises qu'ils développeront demain, et ça passe par l'international.

Depuis sa naissance, l'école a changé quatre fois de nom, est-ce que cela ne pose pas un problème de notoriété pour la marque ?

Toutes les écoles de commerce sont dans le même cas. A chaque fois que nous avons changé de nom, nous l'avons fait dans des continuités et dans des logiques que suivaient toutes les écoles, en grossissant.

Quelles sont vos priorités pour les années à venir ?

La première des priorités est de faire notre travail avec les 800 étudiants que l'on forme sur les campus et de servir les programmes innovants créés sous France Business School, que ce soit le Programme Grande Ecole ou les deux Bachelors. C'est notre mission première, puisque l'on a énormément innové pendant deux ans pour créer des programmes totalement neufs : nous devons maintenant les faire fonctionner, les mettre en œuvre et travailler à nos projets futurs.

A partir du printemps 2015, nous allons repartir sur un autre projet, nous avons plusieurs pistes et nous ne serons pas seuls puisque nous sommes dans une logique d'enseignement mondialisé.

Sur le campus de Vannes, l'actualité est forte également : nous allons changer de locaux pour Noël, nous intègrerons des bâtiments plus spacieux en centre ville.

Vous avez décidé de garder une identité visuelle identique à FBS et les adresses mails sur votre site internet sont toujours les mêmes. Aujourd'hui, concrètement, que devient France Business School ?

Concernant l'identité visuelle, c'est volontaire. Brest Business School et Vannes Business School sont le résultat de tout ce qui s'est fait de bien au cours de l'histoire de l'école. France Business School fait partie de notre histoire. Notre nouveau logo ressemble à celui de FBS car nous souhaitons qu'il y ait une continuité.

Concernant les adresses mail, c'est une histoire de calendrier. En décembre elles seront changées.

Aujourd'hui, FBS est un réseau d'écoles qui partagent des valeurs éducatives communes. Ces établissements vont continuer à partager un certain nombre de ressources et de moyens. L'évolution de FBS va aussi dépendre de chacune des écoles devenues autonomes.

Votre demande de réintégrer la Banque commune d'épreuves (BCE) pour la session 2015 a été refusée. Comment avez-vous vécu cette décision ? Comptez-vous relancer la BCE ?

La décision de la BCE est basée sur un élément technique calendaire. Les diplômes des différents établissements, aujourd'hui, sont visés au nom de France Business School sur l'académie de Paris. En redevenant autonome, nous redevenons des écoles de nos académies propres.

Nous devons donc donc à nouveau demander au ministère d'étudier nos programmes pour obtenir à nouveau un visa. Nous sommes donc dans une phase intermédiaire dans laquelle la BCE nous dit : « nous devons d'attendre que vous ayez vos visas pour vous réintégrer ». Dans un an, nous referons notre demande de réintégration à la BCE.

Comment se dérouleront donc les épreuves d'admission destinées aux étudiants de classes préparatoires aux grandes écoles pour la session 2015 ?

En 2015, les élèves des classes préparatoires pourront passer un concours leur permettant de rentrer dans Brest Business School. C'est tout ce que je peux vous dire pour le moment.