La Fage entre à son tour dans les contestataires de l'avant-projet de loi Travail. Le syndicat appelle à une mobilisation étudiante le samedi 12 mars. Cet après-midi déjà, les pavés parisiens seront foulés par des centaines d'étudiants mobilisés par l'Unef.

Alors qu'une grande mobilisation étudiante, à l'initiative de l'Unef, se prépare cet après-midi Place de la République, un autre syndicat étudiant appelle à une mobilisation ce samedi 12 mars.

« Des dispositions régressives », selon la Fage

La Fage, autre syndicat étudiant de poids derrière l'Unef, « se mobilisera dans les universités jusqu'à ce que le gouvernement rende possible les avancées qu'elle réclame sur le projet de loi Travail. Elle appelle les jeunes et les étudiants à participer, dans toutes les villes de France aux rassemblements citoyens du 12 mars 2016 », a déclaré le syndicat.

« Le projet de loi transmis au Conseil d'Etat contient des mesures de nature à précariser l'accès des jeunes à l'emploi pérenne, détaille la Fage. Malgré la présence d'éléments positifs pour les jeunes, comme le compte personnel d'activité, l'état actuel du projet de loi n'est pas acceptable et porte des dispositions régressives. » L'objectif du syndicat est clair : « Obtenir le retrait de ces dispositions, et l'ajout de plusieurs revendications. »

Revendications et propositions

Parmi les points que l'organisation souhaiterait voir disparaitre, la suppression du plafonnement des indemnités prudhommales, l'augmentation du pouvoir unilatéral de l'employeur en matière d'aménagement du temps de travail, les nouveaux critères de licenciement économique et le projet d'augmentation du temps de travail des apprentis mineurs

La syndicat étudiant ne s'arrête pas là et fait ses propres propositions


« Que le compte personnel d'activité puisse être le support d'un droit universel à la formation, par la création d'un "capital formation" qui pourrait être abondé de plusieurs manières et activé à n'importe quel moment du parcours personnel ;


« Permettre la reconnaissance de toutes les activités, y compris non-salariées, par la certification des compétences acquises au cours d'un engagement, par le rattachement du livre citoyen au CPA, et par la possibilité de valoriser un engagement par l'abondement du CPF, comme le projet le prévoit déjà pour le service civique ;


« Garantir le libre choix dans l'organisation des temps en généralisant le compte épargne temps. »