Le plan logement du gouvernement a été présenté, mercredi 20 septembre, par Jacques Mézard, ministre de la cohésion des territoires. Alors, à quoi les étudiants doivent s’attendre pour les prochaines années ? On fait le point. 

Mauvaise nouvelle : la baisse des APL

La mauvaise nouvelle d’avant l’été est confirmée par le ministre : les APL (allocations personnalisées au logement) vont bel et bien baisser de 5 € par mois, dès le 1er octobre 2017. Au total, environ 800 000 étudiants seront touchés par cette mesure. 

Les manifestations et pétitions de jeunes n’y changeront donc rien. Pour compenser cette baisse, Emmanuel Macron a appelé les propriétaires à baisser les loyers, sans conditions ni contraintes.

La baisse s’étendra par ailleurs aux logements HLM, dont les locataires pourraient percevoir jusqu’à 60 € de moins par mois.

Bonne nouvelle : un bail de courte durée et plus de logements

Dans la bascule positive, le gouvernement a annoncé la construction de 80 000 logements sur tout le quinquennat, comme promis par Emmanuel Macron dans son programme présidentiel. La majorité d’entre eux (60 000) seront à destination des étudiants, le reste (20 000), réservé aux jeunes actifs.

« L’ensemble des étudiants locataires » pourront également faire appel au service de caution gratuite Visale, « sans conditions de ressources et pour tous les logements ». Autre mesure utile aux étudiants, comme aux jeunes travailleurs : la création d’un bail de courte durée (de un à dix mois), sans dépôt de garantie. 

Pour finir, les logements intergénérationnels seront développés, notamment par la mise en avant d’une mesure existante : l’exonération d’impôts sur le revenu des loyers perçus par un propriétaire qui souhaite sous-louer une pièce, meublée ou non, à un étudiant.