QS Quacquarelli Symonds, organisation spécialiste de l’analyse de l’enseignement supérieur, dévoile ce 8 juin son classement des universités internationales. Cette année encore, les facs et écoles françaises sont en perte de vitesse. Seule l’ENS parvient à s’illustrer dans le top 50.

Le QS World University Rankings 2017 vient d’être dévoilé et il n’est pas très flatteur pour les universités françaises.

Si pour la sixième année consécutive, la Massachusetts Institute of Technology (MIT) trône à la tête du classement, seule l’Ecole normale supérieure de Paris (ENS) figure parmi les cinquante meilleures universités de la planète.

L’ENS classée 43ème

Les précédents classements sont là pour confirmer la perte de vitesse des écoles françaises sur la scène internationale. Classée 33e l’an passé, l’Ecole normale supérieure perd 10 places cette année pour se retrouver à la 43e position. Toutefois, la France n’est pas le seul pays qui peine à apparaître parmi les meilleures universités, l’Europe de l’ouest a globalement du mal à se situer, selon QS.

L’Ecole Polytechnique perd 6 places

Trente-neuf universités françaises prennent place dans ce classement : cinq d’entre elles améliorent leur rang cette année mais la tendance est à la chute pour vingt autres. L’Ecole Polytechnique dégringole de 6 places et se positionne désormais à la 59ème position.

Le ratio enseignant/étudiant, mauvais point pour la France

Mais qu’est-ce qui explique cette performance des universités françaises ? D’après l’organisation QS, sur les 39 universités « 31 voient leur score baisser pour le ratio enseignant/étudiant. Cet indicateur permet de mesurer la qualité de l’enseignement et cette baisse indique que le système d’enseignement est en lutte avec la taille des salles de cours », précise QS Quacquarelli Symonds par voie de communiqué.

Un score qui n’est pas sans rappeler les situations financières compliquées que connaissent certaines facs françaises dues à leur manque de moyens.