La Fage et l’Unef sont main dans la main contre la hausse des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers. Conjointement avec quatorze associations d’étudiants étrangers, les deux premiers syndicats étudiants de France lancent un appel à manifester, samedi 1er décembre à 12 heures devant le Panthéon à Paris et partout en France. 

Difficultés supplémentaires pour les étudiants étrangers

L’Unef et les associations étrangères ont dégainé les premiers. Ce samedi 24 novembre, ils s’alarment,  dans une tribune au JDD, que « loin de permettre aux étudiants étrangers de vivre dans de bonnes conditions, les mesures annoncées vont augmenter les difficultés qu’ils rencontrent » et exigent « l’abandon de cette mesure ». 

Dans un communiqué envoyé lundi à la presse, la Fage, premier syndicat étudiant du pays, a rejoint le mouvement et défendu les mêmes valeurs : la gratuité de l’enseignement supérieur en France, quelle que soient les nationalités des étudiants.

Mesure incohérente avec les objectifs d’attractivité

Les deux textes remettent également en cause les intentions du gouvernement. « Cette augmentation des frais d’inscriptions apparaît incohérente car elle ne répond pas aux vrais enjeux d’attractivité de la France pour les étudiants internationaux qui passe par une simplification du système d’entrée et de séjour sur le territoire », s’interroge la Fage.

Les signataires de la tribune du JDD considèrent quant à eux que cette mesure limitera l'accès à l'enseignement supérieur français « aux étudiants issus de familles aisées », ce qui « accroîtra les inégalités qui existent déjà partout dans le monde aujourd’hui dans l’accès à l’éducation ». 

Outre la gratuité de l’enseignement supérieur, les syndicats et associations demandent également une simplification massive des démarches pour les étudiants étrangers (Crous, visas, etc.).