Ministre du Travail et ministre de l'Enseignement supérieur travaillent actuellement sur un projet de loi, qui devrait être présenté d'ici à la fin de l'année. Son objet : l'encadrement plus strict des stages, parfois synonymes d'abus dans certains secteurs d'activité.

Une manne pour les entreprises bientôt plus encadrée ? Le ministère du Travail et celui de l'Enseignement supérieur travaillent actuellement pour assurer une meilleure protection aux 1,2 million de stagiaires français, mais aussi pour limiter drastiquement les abus des entreprises qui les recrutent massivement. Le projet de loi est attendu pour la fin de l'année, et a pour ambition de faire en sorte que les stagiaires ne remplacent pas les postes salariés.

Une loi supplémentaire, alors que les stages avaient déjà été encadrés cet été. Un cheval de bataille pour le gouvernement donc, qui fait suite aux nombreuses demandes de collectifs. Il est vrai que dans l'édition, les médias, la communication ou encore les instituts de sondage notamment, les stagiaires représentent bien souvent plus de 15 % des effectifs...

Quatre mesures principales

Pour atteindre cette ambition, quatre mesures - révélées par Le Parisien - devraient être mises en place. Premièrement, et c'est l'une des plus importantes : un quota de stagiaires devrait être instauré. Ainsi, il ne pourrait y avoir plus de 10 % des effectifs en stage dans une entreprise.

Ensuite, ces stagiaires ne pourraient effectuer de stage de plus de six mois dans cette entreprise. Côté administratif, l'Etat pense obliger les entreprises à inscrire les stagiaires dans le registre du personnel, pour un meilleur suivi. Enfin, leur protection devrait être renforcée.