Le service civique a été mis en place il y a trois ans. Depuis, il a convaincu 46 000 jeunes venus grossir ses rangs, et a quasiment atteint la barre des 10 % d'une classe d'âge, soit l'objectif initialement annoncé. Mais pourquoi participer à une mission de service civique ? Orientations s'est penché sur la question et vous révèle les six atouts du service civique.

Le service civique a été créé en 2010 pour que les jeunes puissent apporter leur contribution à la construction de la société. Si certains abus sont monnaie courante, le service civique n'en demeure pas moins une excellente opportunité de s'ouvrir aux autres. Et si le désintérêt figure parmi les valeurs, le service civique peut néanmoins s'avérer être bien plus qu'une mission d'intérêt général pour aider les autres...

Une expérience sur un long terme

Le service civique est l'occasion de mettre en pratique des compétences sur le long terme... mais aussi d'en obtenir d'autres ! En effet, une mission peut aller de six mois à un an. Le CV peut donc se bonifier, et l'expérience professionnelle est significative. D'ailleurs, selon une étude TNS Sofres, 86 % des anciens volontaires estiment que cette mission leur a été utile professionnellement. Et ils sont 61 % à considérer que le service civique aide à trouver un travail !

Une expérience dans sa branche

Il est tout à fait possible de chercher une mission proche de ses compétences, même si - normalement - aucun diplôme n'est requis. En effet, neuf thématiques sont proposées aux jeunes. Parmi elles : culture et loisirs, développement international et aide humanitaire, éducation pour tous, environnement, intervention d'urgence en cas de crise, mémoire et citoyenneté, santé, solidarité, et enfin sport. Des missions peuvent être choisies près de chez soi, puisque les offres sont disséminées sur tout le territoire et classées par département.

La rémunération plus élevée qu'un stage

Pour les jeunes qui ne trouvent pas d'emploi mais qui veulent une petite expérience à tout prix, oubliez les stages : la rémunération du service civique est un peu plus élevée. En effet, elle est de 573 euros, contre 436 pour les stages. Les jeunes qui touchent le RSA et ceux titulaires d'une bourse de 5e échelon ou plus jouissent d'une légère majoration de 106,38 euros par mois. De plus, le RSA est maintenu pendant le service civique, tout comme  l'aide au logement.

La retraite et autres droits

Autre bénéfice (à plus long terme) : la retraite ! Chaque trimestre du service civique est en effet pris en compte pour la retraite du jeune solidaire. Un atout non négligeable pour plus tard ! De plus, tout au long de la mission, le jeune solidaire bénéficie des mêmes droits qu'un salarié : congé maladie, maternité, invalidité et accidents du travail sont couverts par la Sécurité sociale. Mais attention : le service civique n'est cependant pas régi par le Code du Travail.

Validation des acquis de l'expérience

Le service civique, c'est l'occasion de mettre en pratique les savoirs appris à l'école, mais également d'en acquérir de nouveaux, qui pourront être validés ! En effet, certaines compétences peuvent être prises en compte dans les validations des acquis de l'expérience, à condition qu'elles soient inclues dans les formations des diplômes visés.

Des avantages financiers

Enfin, le service civique offre également des avantages en nature, comme la carte de Service Civique. Le jeune en est titulaire pendant un an, quelque soit la durée de sa mission. Elle lui octroie des avantages des partenaires comme la Banque Postale, Orange, Microsoft,..., avec des prix pour des logiciels, compte courant gratuit, offre pour une assurance,... Des économies en perspective !