Le Monde, Le Figaro et Le Parisien ont publié leurs classements des lycées 2018, en s’appuyant sur les indicateurs de l’éducation nationale.

Comme chaque année, le ministère de l’éducation nationale publie les indicateurs de résultats des lycées. Ces chiffres permettent d’évaluer les établissements selon plusieurs critères, notamment celui du taux de réussite au bac. Cette année, 3 500 lycées français (sur 4 200), privés et publics, général, technologique et professionnel, ont été examinés. 

Le but : « fournir aux responsables et aux enseignants des lycées des éléments de réflexion pour les aider à améliorer l’efficacité de leurs actions », précise le ministère. Si celui-ci refuse d’établir un classement, Le Monde, Le Figaro et Le Parisien ont quant à eux dévoilé leur propre palmarès 2018, selon leurs critères. 

Le classement du Parisien, selon la progression des élèves

Dans son étude, le ministère prend en compte plusieurs critères : le taux de réussite au bac 2017, le taux de mentions, le taux d’accès de la seconde, de la première et de la terminale au baccalauréat ainsi que la valeur ajoutée.

C’est d’ailleurs sur ce dernier critère que s’est basé le Parisien pour établir son classement. Autrement dit, la valeur ajoutée détermine la capacité des lycées à accompagner leurs élèves dès leur entrée en seconde jusqu’à l’obtention de leur diplôme. Cette valeur est calculée en fonction de l’écart entre le taux de réussite « réel » au bac et le taux de réussite attendu. Ces résultats attendus sont fixés dès le début d’année en fonction de l’origine sociale et du niveau scolaire des élèves. 

En plus de cette valeur dite de « performance », le Parisien a également calculé le pourcentage d’élèves de seconde qui ont obtenu leur diplôme en restant dans le même lycée. A cela s’ajoute un dernier critère, celui du taux de mentions.

Ainsi, le journal a privilégié la progression des élèves, plutôt que le prestige des lycées. Ce critère apparaît d’ailleurs comme un vrai révélateur : on compte autant de lycées privés que publics, dans différentes régions de France, y compris en Outre-mer.


 

Le classement du Monde, selon le score obtenu sur 20

Contrairement au Parisien, en plus des lycées généraux et technologiques, Le Monde a également dressé le classement des lycées professionnels. Ce sont d’ailleurs eux qui arrivent en tête, d’après les notes attribuées par le quotidien national.

En effet, dans son palmarès, le Monde s’intéresse aussi à l’accompagnement des lycéens en prenant en compte la valeur ajoutée. Ainsi que le taux de réussite et le taux d’accès des élèves de première au bac et celui des élèves de terminale au bac (et non pas l’accès des élèves de seconde au bac, comme pour le Parisien). Le taux de mentions au bac est également exclu. 

Avec ces quatre critères, le Monde a pu fixer un score à chaque établissement. Lorsque les lycées obtiennent exactement les résultats attendus, donc que la valeur ajoutée est égale à 0, les lycées obtiennent 20/20. Plus la valeur ajoutée est grande, plus les scores augmentent. D’où des notes supérieures à 20.

Au total, sur les 20 meilleurs établissements, un seul est parisien (Lycée général et technologique Sainte-Ursule-Louise Bettignies), un seul est public (Lycée général et technologique Jardin d’Essai en Guadeloupe). Et trois se trouvent en Outre-mer.


Le palmarès du Figaro, selon le taux de réussite au bac

Contrairement aux précédents, le Figaro a misé sur le taux de réussite au bac 2017. Ainsi que le taux de mentions et le taux d’accompagnement des lycéens de la seconde à la terminale jusqu’à l’obtention de leur diplôme.

Dans ce palmarès, la réputation des établissements est privilégiée. Ce qui explique que seuls trois lycées se trouvent en-dehors de l’Ile de France. Si la totalité des lycéens de ces dix établissements ont obtenu leur bac, plus de neuf sur dix ont également obtenu une mention, tout en ayant effectué l’intégralité de leur cursus dans le même lycée.