La polémique sur les sécurités sociales étudiantes, et en particulier la LMDE, ne s'essouffle pas... bien au contraire ! Dans un rapport rendu public par la Cour des comptes, les mutuelles étudiantes sont une nouvelle fois vivement critiquées.

La LMDE est certainement le "cancre" du dernier rapport annuel de la Cour des comptes sur la Sécurité sociale ! Les Sages de la rue Cambon consacrent en effet tout un chapitre sur les sécurités sociales étudiantes. Et ils les perçoivent très, très mal...

Des reproches désormais officiels

Ce n'est pas vraiment une surprise : les mutuelles étudiantes sont depuis quelque temps maintenant pointées du doigt. Dès cet été, la Cour des comptes laissait s'échapper quelques mauvaises impressions... Avant elle, l'UFC-Que choisir dénonçait déjà les pratiques de ces mutuelles. Mais, désormais, les remontrances sont officielles, le rapport venant d'être rendu public. Si le système est critiqué dans sa globalité - il est perçu comme "peu encadré", avec une gouvernance "insatisfaisante" - c'est surtout la LMDE qui est vivement critiquée !

Le cas très critique de la LMDE

Chaque année, 1,7 million d'étudiants doivent s'affilier à une mutuelle étudiante, afin de voir leurs soins remboursés. La LMDE est choisie par la moitié d'entre eux. Une mutuelle qui ne devrait pas avoir droit à l'erreur... mais qui semble les accumuler. Car si la mutuelle avance que 88 % de ses affiliés sont satisfaits de ses services, ce pourcentage est démenti par la Cour des comptes, qui a mené sa petite enquête... Selon les magistrats, "la LMDE est (la) mutuelle qui suscite le plus de réclamations de la part des assurés". Les 1 700 sondés sont unanimes : la note moyenne est d'à peine 2,33 sur 5, soit le plus mauvais score de toutes les mutuelles étudiantes ! Le rapport de la Cour des comptes précise : "Un affilié à la LMDE avait, en 2012, une chance sur 14 de pouvoir la joindre au téléphone". Et pour ce qui est de leur écrire, n'y comptez pas : en février dernier, plus de 200 000 lettres adressées à la LMDE étaient en attente de suivi. Sans parler du retard du traitement des feuilles de soin, ou de l'édition des cartes Vitales : neuf mois après leur inscription, 10 % des étudiants ne l'ont toujours pas reçu...