Comme chaque année, avant la traditionnelle publication de ses études de rémunérations, le cabinet de recrutement spécialisé Robert Half révèle les "jobs en or" de la saison. Ce cru 2012 réserve quelques surprises, notamment avec le retour de certains métiers...

En 2012, les quatre jobs en or seront les suivants, affirme Robert Half : directeur administratif et financier, chargé d'affaires entreprises, contrôleur des risques de marché, et fiscaliste. Ces métiers ont été sélectionnés pour leurs opportunités en termes d'embauches, de carrière et de salaire.

Le métier de directeur administratif et financier (DAF)

Le rôle essentiel du "DAF" est de veiller à la pérennité financière de l'entreprise, à la fiabilité et à la transparence des comptes, et doit également apporter son soutien dans le développement stratégique de l'activité. Il intervient aussi dans les montages de financements spéciaux et les projets de croissance externe. Il est en somme une précieuse aide à la décision sur le pilotage de l'entreprise.

Ce professionnel peut, par ailleurs, monter en grade, et se retrouver directeur opérationnel ou encore directeur général... Pour devenir directeur administratif et financier, il faut au moins être diplômé d'une école supérieure de commerce ou d'une formation universitaire du même type.

Par ailleurs, le site de recrutement Robert Half dévoile que le nombre d'offres dans son cabinet pour ce métier est en hausse de 40 % par rapport à l'année dernière. En moyenne, la rémunération annuelle dans une grande entreprise est de 300 000 euros, et dans un PME, elle est de l'ordre de 60 000 euros.

Le rôle d'un chargé d'affaires entreprises

Le chargé d'affaires entreprises n'a pas la même fonction suivant la taille de l'entreprise dans laquelle il travaille. Dans une PME, il assure le suivi du portefeuille de l'entreprise, dont le chiffre d'affaires varie de 1 à 150 millions d'euros alors que, dans une grande entreprise, le portefeuille dépasse les 150 millions. Il intervient alors pour le compte d'une clientèle nationale ou internationale, et assure le suivi et le développement des relations commerciales.

Pour devenir chargé d'affaires entreprises, il faut avoir suivi une formation supérieure (école ou université) et détenir de sérieuses compétences techniques et commerciales. En gérant le portefeuille d'une PME, le chargé d'affaires peut espérer gagner entre 35 000 et 50 000 euros par an, et plus de 80 000 euros s'il intervient pour une grande entreprise.

Le métier de contrôleur de risques de marché?

Intégré au sein de la Direction des Risques, ce professionnel évalue la cartographie et la certification des risques de marché. A noter que le marché de contrôle des risques est en forte croissance, les risques prenant de plus en plus d'importance... Pour devenir un contrôleur de risques, il faut au moins détenir un Master en école de commerce ou d'ingénieur.

Deux types de contrôleurs sont présents dans les équipes, le profil "qualitatif" travaille sur l'aspect réglementaire et la méthodologie, tandis que le profil "quantitatif" se consacre plutôt à la validation du modèle. A noter que les profils disposant de cinq à sept ans d'expérience sont particulièrement appréciés. De plus, les experts opérant au sein d'équipes très qualifiées voient leur rémunération de plus en plus valorisée par les employeurs potentiels : elle est ainsi comprise entre 40 000 et 70 000 euros par an.

Etre fiscaliste

Rattaché à la Direction Fiscale ou à la Direction Financière d'une entreprise, le fiscaliste supervise toutes les problématiques fiscales, locales ou internationales de la société. Il veille donc aux évolutions de la législation fiscale, de la réglementation, et alerte la direction sur tous les risques fiscaux qu'il identifie.

Son rôle est donc d'optimiser la fiscalité de sa société ou de son groupe. De plus, de nos jours, dans un marché très réglementé, s'adapter rapidement aux évolutions fiscales et surtout les anticiper constituent un avantage certain pour les entreprises. Face à la complexité croissante de la législation fiscale, de plus en plus d'entreprises recrutent des fiscalistes.

Pour être prétendre à ce poste, il faut être diplômé d'un master avec une spécialisation en fiscalité. Ensuite, avec l'expérience, un fiscaliste peut briguer un poste de Directeur Fiscal ou alors rejoindre un cabinet d'experts en fiscalité. Par ailleurs, la rémunération se situe, en moyenne et selon l'expérience, entre 50 000 et 75 000 euros brut par an.