Selon une étude, seuls 7 % des jeunes pensent que les grandes entreprises françaises permettent de progresser rapidement. Ils préfèrent les compagnies internationales et les start-ups.

Les grandes entreprises françaises n'ont pas la cote auprès des jeunes. Selon une étude de Cadremploi, seuls 7 % des 20-30 ans voient dans une grande entreprise de l'Hexagone l'opportunité d'apprendre et de progresser vite. 

Les start-ups forment mais paient mal

De quoi rêvent-ils alors ? D'abord d'étranger. En effet, 32 % des « vingtenaires » interrogés pensent que les grandes entreprises internationales permettent d'apprendre et de progresser rapidement. Suivent les start-ups (26 %) et les PME (21 %). 

Quant à la question du salaire, c'est une fois de plus les grandes entreprises internationales qui sont le mieux considérées pour « bien gagner sa vie » (65 %), devant les grandes entreprises françaises (12 %). Les PME (3 %) et les start-ups (2 %) sont moins bien vues sur ce point que le travail indépendant (11 %).

Lire aussi 16 compétences à avoir pour travailler en 2016

Google fait rêver les jeunes

L'étude menée par 4vents s'intéresse également à ce qui attire les jeunes diplômés. Question fonctions, ils se tournent majoritairement vers la recherche et développement (35 %), le marketing (31 %) et la production (27 %). Les secteurs qui les attirent sont principalement l'énergie (31 %), le conseil (30 %) et l'industrie (29 %). Enfin, Google se place très largement en tête des entreprises qui font rêver, devant Danone, Airbus, L'Oréal ou Thalès. D'autres grands noms comme Microsoft, Facebook, Cocal Cola ou EDF sont aussi prisés. L'étude complète est consultable en ligne