Un sondage met en lumière les lacunes des Français dans les langues vivantes. Non seulement ils en sont conscients, mais en plus ils font en sorte que leurs enfants soient meilleurs qu'eux !

Ce n'est pas réellement une surprise : les Français sont mauvais en langues, et particulièrement fâchés avec l'anglais. Le constat a été récemment réitéré avec un sondage* mené par Meteojob pour Speaking-Agency, agence spécialisée dans la garde d'enfants en anglais. En effet, les Français se disent préoccupés par leur niveau de langue, mais veulent améliorer celui de leur progéniture.

Les Français, mauvais en langues

En langues, les parents ont un niveau plus que moyen. Selon 60 % d'entre eux, leur maîtrise d'une langue étrangère se situe actuellement entre "débutant" et "intermédiaire". Dès lors, il n'est guère étonnant que, pour 60 % de ces parents, ces lacunes constituent un obstacle professionnel !

Pourtant, si plus de 80 % des adultes interrogés ont appris une langue étrangère à l'école, pas moins de 30 % ont décidé de compléter leur apprentissage "en immersion". En outre, 10 % ont visionné des films en VO. Des pratiques qui semblent donc ne pas avoir porté leurs fruits...

Les jeunes générations, meilleures que leurs parents

Pour que leurs enfants s'en sortent mieux qu'eux, les parents placent les langues au cœur des enseignements, et plus de la moitié comptent dépenser entre 200 et 500 euros pour leur apprentissage par an et par enfant. 75 % des parents sondés estiment ainsi que leurs enfants auront un meilleur niveau en langues étrangères.

L'école privée bilingue serait d'ailleurs favorisée par 35 % des parents, suivi par les cours particuliers (33 %), les cours collectifs en centres (34 %), l'achat de livres (31 %), et l'abonnement à des chaînes en VO (23 %). Mais ces pratiques sont celles qui semblent les plus judicieuses à faire, et pas ce qui est réellement fait...

Une volonté pas forcément suivie d'effets

Car la volonté n'est pas toujours suivie d'effets. Ainsi, 90 % des enfants ont bien commencé à apprendre une langue (l'anglais pour 93 % d'entre eux), mais plus de 70 % n'apprennent cette langue qu'à l'école.

Cependant, il ne faut pas noircir le tableau : selon le ministère de l'Éducation nationale, le niveau des élèves en fin de primaire a augmenté significativement en anglais ces dernières années. Mais c'est l'introduction des langues vivantes à l'école, qui a débuté en 2007, qui en est la cause.

*Sondage réalisé un échantillon de 500 parents âgés entre 30 et 46 ans.