C’est l’une des promesses du « Plan étudiants », examiné en ce moment par le gouvernement.

« Faciliter la gestion de leur budget », c’est l’objectif que s’est fixé le ministère de l’Enseignement supérieur pour aider les 697 000 boursiers (chiffres 2016-2017). A partir d’octobre 2018, tous les centres régionaux des œuvres universitaires et sociales (Crous) de France devront verser les bourses le 5 du mois. Une aide que les étudiants attendent avec impatience tous les mois, pour faire face aux dépenses quotidiennes.

Uniformiser les dates de paiement

Jusqu’à présent, les étudiants recevaient leur bourse aux alentours du 15. Les dates pouvaient même varier d’un Crous à l’autre. Une situation qui n’arrangeait pas forcément les étudiants pour appréhender leurs dépenses dès la rentrée. 

Si les Crous s’engagent à verser les bourses dès le début du mois, c’est aussi parce qu’ils espèrent que les étudiants paient leur loyer plus rapidement. Le premier rappel pour défaut de paiement sera envoyé le 10 du mois.

Le gouvernement prévoit également d’avancer d’un mois le premier versement de la bourse. Ce versement anticipé interviendra le 30 août pour tous les étudiants dont le dossier est complet, « afin de les aider à faire face plus facilement aux dépenses de rentrée »

Préparer son dossier

Pour cela, les étudiants doivent impérativement effectuer leur demande de bourse entre le 15 janvier et le 31 mai. Chaque année, les Crous traitent plus de 800 000 dossiers. Or, « de nombreux étudiants attendent le dernier moment, c’est-à-dire leur inscription », explique Mohamed Hadad, directeur adjoint du Crous de Créteil. De nombreux boursiers voient ainsi leur premier versement arriver en décembre, voire en janvier.

Sur leur plate-forme, les Crous rappellent toutes les pièces justificatives nécessaires à la constitution du dossier : avis fiscal des parents, extrait de jugement de divorce ou attestation de l’office français de protection des réfugiés et apatrides pour les étudiants étrangers…

Jusqu’à 1 000 € pour les non-boursiers

En plus des bourses, le gouvernement propose de supprimer la cotisation de sécurité sociale de 217€ à partir de la rentrée 2018. Le Crous pourrait également verser jusqu’à 1 000 € « d’aide globale d’autonomie » pour les étudiants non-boursiers, dont les revenus des parents sont légèrement supérieurs au plafond du barème des bourses. 

« Cette aide pourra par exemple aider à financer un déménagement, à régler un premier loyer, à acheter des livres ou fournitures indispensables à la première année d’études », précise le ministère de l’Enseignement supérieur.