Les diplômés d’un bac +5 se disent plus satisfaits de leur emploi que les diplômés d’un bac +3.

Un an après avoir obtenu leur diplôme, bac +3 ou bac +5, plus de huit jeunes sur dix occupent un emploi. Si le taux d’emploi reste sensiblement le même entre les deux niveaux de qualification, les conditions d’insertion professionnelle sont, quant à elles, plus inégales. Salaire, contrats, fonctions, les diplômés d’un bac +5 seraient globalement plus satisfaits de leur emploi que les diplômés d’un bac +3.

Plus de stabilité pour les bacs +5

En effet, même si le nombre de diplômés en CDI, quel que soit leur niveau d’études, a augmenté entre 4 et 7 points en un an, les bacs +5 semblent favorisés. Plus de trois jeunes sur cinq ont obtenu un CDI en 2017, un an après avoir terminé leurs études. Alors que les bacs +3 sont à peine plus de 49 %. 

Conditions d'emploi en fonction du diplôme obtenu. © Apec Conditions d'emploi en fonction du diplôme obtenu. © Apec

Même constat pour les postes exercés par les jeunes diplômés : 59 % des bacs +5 occupent des fonctions de cadre, contre seulement 10 % des bacs +3. Des postes à responsabilités qui s’accompagnent d’un salaire plus conséquent. Les plus diplômés gagnent environ 8 000 € bruts de plus par an que les bacs +3.

Rémunération en fonction du diplôme obtenu. © Apec Rémunération en fonction du diplôme obtenu. © Apec

Les plus diplômés fiers de leur emploi

Ces conditions plus favorables permettent également aux plus diplômés d’être davantage satisfaits de leur emploi. Plus patients, les jeunes bac +5 sont aussi plus exigeants. L’adéquation avec leur projet professionnel, l’intérêt du travail ou encore la situation géographique font partie des critères essentiels pour décrocher un emploi. Ils attachent également de plus en plus d’importance au salaire et à la notoriété de l’entreprise. 

Une rigueur qui leur permet d’être pleinement satisfaits. Trois quarts d’entre eux ont obtenu un emploi correspondant à leurs qualifications ainsi qu’à leurs aspirations personnelles. Chez les diplômés d’un bac +3, les avis sont plus nuancés : 33 % d’entre eux estiment que leur emploi n’est pas à la hauteur de leurs qualifications. Pire, près de trois jeunes sur dix qualifient leur emploi de « job alimentaire » quand les plus diplômés ne sont qu’un quart.

Qualité de l'emploi en fonction du diplôme obtenu. © Apec Qualité de l'emploi en fonction du diplôme obtenu. © Apec

*D'après le baromètre de l'Apec, réalisé sur les jeunes diplômés en 2016, entre janvier et février 2018 et publié en avril 2018.