Le nombre d’inscrits en catégorie A baisse légèrement, mais les demandeurs d’emploi en situation de précarité sont de plus en plus nombreux. 

En juin, pour le premier mois plein du quinquennat d’Emmanuel Macron, le chômage a reculé de 0,3%. Avec cette légère baisse, successive à une augmentation au mois de mai, le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) s’établit à 3,483 millions. 

La baisse observée en juin concerne principalement les moins de 25 ans (-0,8 %, et -6,7 % sur un an), mais elle concerne toutes les tranches d’âges, même les 50 ans et plus, chez qui le chômage a toutefois augmenté depuis juin 2016 (+ 3, 1%).

De plus en plus de précarité

Mais en prenant en compte les demandeurs d’emploi ayant exercé une activité réduite (catégories B et C), le chômage ne baisse pas. Il stagne sur le mois, et augmente sur l'année (+ 2,2 %). C’est notamment le cas chez les inscrits en catégorie C (chômeurs ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois), dont le nombre a progressé de 12,8 % sur l’année.

Pour les syndicats, ce phénomène est le résultat d’une précarisation croissante du marché du travail.

En ajoutant les personnes en stage, formation ou contrats aidés (catégorie D et E) la France compte au total, en juin 2017, 6 281 200 personnes inscrites à Pôle Emploi (+ 3 900 par rapport à mai).