Voilà un phénomène qu'il ne faut pas occulter : le numérique est synonyme de création mais également de destruction d'emplois. Car, si ce secteur d'activité recrute sans arrêt, encore faut-il avoir des compétences en informatique pour postuler ! Les métiers les moins qualifiés risquent, par conséquent, de pâtir de certaines innovations technologiques...

Le numérique est un secteur connaissant actuellement une incroyable dynamique. Générateur d'emplois, il apparaît comme une compétence indispensable pour les jeunes. Et pourtant, malgré tout, il devrait entraîner la suppression de nombreux emplois. Tel est le constat réalisé par Carl Benedict Frey et Michaël Osborne, deux chercheurs d'Oxford, qui ont publié une étude sur "le futur de l'emploi : quels sont les métiers qui peuvent le plus facilement être informatisés ?"

"A notre connaissance, aucune étude n'a encore quantifié l'impact des progrès technologiques récents sur l'avenir du marché de l'emploi", soulignent les auteurs de cette enquête, qui ont passé au crible 702 métiers, à l'aide notamment d'algorithmes. Ils ont ainsi pu révéler les métiers les plus enclins à disparaître...

Plus de 300 professions concernées

Selon les deux chercheurs, 47 % des métiers actuellement exercés aux Etats-Unis courent un risque "élevé" de disparition "dans un certain nombre d'années, peut-être une ou deux décennies". En cause : les logiciels et les algorithmes.

Certains métiers semblent particulièrement bien "protégés", comme les audiologistes, les nutritionnistes, les instituteurs, ou encore les pharmaciens, qui ont moins de 1 % de chances de disparaître. En revanche, les commis de commandes, les opérateurs radio, les caissiers ou les chauffeurs de taxis ont plus de 90 % de chances de disparaître !

Les métiers peu qualifiés en ligne de mire

A la lecture de ce "palmarès" des métiers ayant le plus de chance de "survivre" au numérique, on se rend compte qu'il s'agit surtout de professions qualifiées. A contrario, les métiers "en danger", selon cette étude, sont surtout des professions possiblement automatisables, comme le télé-conseiller, le responsable de l'ouverture des comptes-clients, le souscripteur d'assurances... Un problème pour ces professions, qui souffrent déjà du chômage. En effet, le taux d'emploi des travailleurs peu qualifiés atteint 38 %, tandis que celui de l'ensemble de la population active est de 64 % !

Les 10 métiers les plus directement menacés par le numérique

  1. Télé-conseiller
  2. Généalogiste
  3. Couseuse (et pas couturière)
  4. Technicien en mathématiques
  5. Souscripteur d'assurances
  6. Réparateurs de montres (hors horlogerie)
  7. Spécialiste des formalités liées au fret et aux cargaisons
  8. Assistant "déclarations d'impôts"
  9. Spécialiste du développement et traitement photo
  10. Responsable de l'ouverture des comptes-clients