A l'occasion de la rentrée universitaire, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale et Thierry Mandon, secrétaire d'Etat chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, ont écrit aux dirigeants des établissements d'enseignement supérieur. Ils les alertent sur les risques de bizutage et appellent à des mesures de prévention.

Les étudiants se livrent souvent à de nombreux jeux en début d'année lors des week-ends d'intégration. Dans certains établissements, les élèves de première année ont même le droit aux traditionnels rites d'accueil. Des jeux qui impliquent souvent quelques risques. En cette rentrée universitaire, le gouvernement souhaite donc alerter les présidents d'universités et directeurs d'écoles.

Lutter contre le bizutage

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale, et Thierry Mandon, secrétaire d'Etat chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, ont écrit aux dirigeants d'établissements d'enseignement supérieur, mais aussi, aux proviseurs des lycées accueillant des STS et CPGE et aux recteurs d'académie.

Dans cette lettre, ils leur rappellent la nécessité d'accompagner l'organisation des événements festifs étudiants et de proscrire tout acte de bizutage, « en particulier lors des événements d'accueil et d'intégration des étudiants ».

Dans un communiqué, le ministère explique cette initiative : « Bien qu'ils soient en diminution depuis plusieurs années, des dérives inacceptables et des cas de bizutages, le plus souvent dans le cadre d'une consommation excessive d'alcool, continuent d'exister. » Le gouvernement a donc souhaité rappeler « les termes de la loi ainsi que la responsabilité des acteurs de l'enseignement supérieur dans la prévention et la sanction de ces cas pratiques ».

Rien ne peut « justifier que des acte dégradants et humiliants soient infligés »

Le ministère ajoute qu'« aucune tradition ni aucun sentiment d'appartenance ne sauraient justifier que des actes dégradants et humiliants soient infligés aux nouveaux étudiants sous la pression du groupe. Les événements d'accueil des nouveaux étudiants doivent demeurer des temps de convivialité et d'échange propices à une intégration réussie », rappelle le communiqué.

Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon ont également souhaité préciser qu'en cas de bizutage avéré, « le procureur de la République doit être avisé sans délai, et des poursuites disciplinaires engagées à l'encontre des auteurs des faits ou des personnels, s'ils ont participé ou omis d'empêcher la réalisation des faits ».