Le Volontariat International en Entreprise (VIE) permet d'envoyer des jeunes entre 18 et 28 ans en mission professionnelle à l'étranger dans une société française. Une belle opportunité pour ceux qui souhaitent avoir une première expérience internationale.

Prendre des responsabilités, découvrir un autre pays, enrichir son CV en jouant la carte de l'international : le Volontariat International en Entreprise (VIE) est un passeport pour le monde. C'est aussi une bonne opportunité pour les jeunes diplômés de conjuguer première expérience professionnelle et expatriation.

Une première expérience

VIE, ces trois lettres connaissent un succès grandissant auprès des entreprises et des candidats tournés vers l'international.

Le Volontariat International en Entreprise permet à des étudiants, jeunes diplômés et chercheurs d'emploi âgés de 18 à 28 ans, de partir travailler pour une entreprise à l'étranger durant 6 à 24 mois maximum.

La gestion du contrat, notamment la paye et la protection sociale, est assurée par Business France, l'agence française pour le développement international des entreprises, à l'origine du dispositif. Chaque année, entre 2 000 à 3 000 jeunes Français tentent l'expérience. Une formule qui attire : il y a actuellement plus de demandes que d'offres. Mais il existe tout de même un nombre important d'opportunités.

Des destinations de rêve

Les principales destinations pour les missions proposées sont les Etats-Unis, la Chine (Hong Kong notamment), mais aussi, le Royaume-Uni. Les indemnités mensuelles des volontaires peuvent aller de 1 200 euros à 3 200 euros nets par mois. Les frais de voyage international et le transport des bagages sont pris en charge, tout comme les frais mensuels de gestion et de protection sociale.

De belles opportunités de carrière

Selon des statistiques diffusées par Pôle emploi (qui soutient le dispositif), 70 % des volontaires se voient proposer un poste dans l'entreprise d'accueil en fin de mission. Un aspect très intéressant pour des jeunes qui désirent se lancer durablement dans une carrière internationale. Deux tiers des entreprises d'accueil sont des petites et moyennes entreprises (PME).

« C'est souvent l'occasion de découvrir la vie dans un autre pays pour la première fois, témoigne Antoine, qui était parti en 1996 au Brésil. C'est fondateur : soit ce n'est pas fait pour vous, soit vous adorez et vous avez envie de rester ». Lui-même, après un détour par les Etats-Unis, occupe désormais un poste international en France, qui lui permet de rester en contact avec l'étranger.

Chaque année, comme Antoine, de nombreux autres jeunes se lancent dans le VIE. A la clé : une première expérience professionnelle et une insertion plus facile sur le marché du travail.

Dernière mise à jour : 25 août 2015