Inscriptions, stages, programme, spécialités, poursuites d'études... Tout savoir sur le nouveau diplôme national des métiers d'arts et du design (DNMADE). 

A partir de la rentrée 2018, quatorze académies remplaceront la Manaa (mise à niveau en arts appliqués), les DMA (diplômes des métiers d’art) et les BTS en arts appliqués par le DNMADE (diplôme national des métiers d’art et du design).

Un diplôme de grade licence

Tous les bacheliers issus d’une formation technologique, générale ou professionnelle et les élèves ayant un brevet des métiers d’art pourront intégrer ce cursus. Il se préparera en lycée et dans certaines écoles techniques.

Les bacheliers voulant intégrer le DNMADE seront sélectionnés sur dossier. Les écoles pourront également compléter la procédure d’admission par un entretien oral. Le DNMADE dure trois ans. A la fin de leur formation, les étudiants obtiendront un diplôme correspondant au niveau licence. Cela leur permettra de poursuivre plus facilement leurs études vers d’autres écoles ou universités.

Quatre mois de stages en trois ans

Chaque semaine, les étudiants suivront une trentaine d’heures de cours, à la fois pratiques et théoriques. Parmi les unités d’enseignement figurent celles de la « culture des arts, du design et des techniques », des « outils et langages numériques » et du « savoir-faire et excellence technique ».

Le DNMADE se veut également très professionnalisant. Les élèves seront confrontés très rapidement à la réalité de leur futur métier via la conception de micro-projets individuels et collectifs. La formation compte deux périodes de stage : deux semaines au cours de la première année (au deuxième semestre) et entre douze et seize semaines lors de la deuxième année (au quatrième ou cinquième semestre). Les écoles auront aussi la possibilité de proposer une période d’études à l’étranger.

15 spécialités possibles

Lors de leur première année, les étudiants découvriront les outils fondamentaux nécessaires pour la suite de leur formation. Cette année devrait ressembler à la première année de la Manaa.

La deuxième année est consacrée à l’apprentissage d’un domaine précis. Les étudiants pourront choisir une mention majeure parmi les quinze proposées :

  • animation
  • espace
  • événement
  • graphisme
  • innovation sociale
  • instrument
  • livre
  • matériaux
  • mode
  • numérique
  • objet
  • ornement
  • patrimoine
  • spectacle
  • textile

En plus de cette spécialité, ils pourront, s’ils le souhaitent, choisir une mention mineure pour découvrir un domaine complémentaire.

La troisième année se terminera par la rédaction d’un mémoire et la présentation d’un projet individuel ou collectif, évalué lors d’une soutenance devant un jury. Cette année de perfectionnement doit permettre aux étudiants d’entrer directement sur le marché du travail.

Et après ?

Les diplômés seront formés à différents types de métier : designer, modeleur-maquettiste, infographiste, calligraphe, photographe... Ainsi qu’à des métiers de l’artisanat : tailleur de pierre, ébéniste, sculpteur sur bois, horloger, joaillier…

Plusieurs choix s’offrent ensuite aux élèves qui souhaitent poursuivre leurs études. Comme le diplôme supérieur des arts appliqués (DSAA) ou le diplôme national d’expression artistique (DNSEP). Les étudiants pourront également intégrer une école supérieure d’arts appliqués ou une école supérieure d’art. Toutes ces formations ne sont pas accessibles à l’issue d’un BTS ou du DMA.