Jacques Toubon saisit le ministère de l'enseignement supérieur pour appuyer la demande du président du département de Seine-Saint-Denis.

Parcoursup est-il discriminant ? C’est la question que pose Jacques Toubon, défenseur des droits, en lançant une enquête sur la plateforme

Plus précisément, le défenseur des droits répond par cette enquête à une demande de Stéphane Troussel, président socialiste du département de Seine-Saint-Denis (93). Ce dernier s’est inquiété, très tôt dans la procédure, de voir les candidats de son département lésés par la plateforme. « Je lui [à Jacques Toubon] avait écrit en juillet pour lui faire part de mes inquiétudes, précise M. Troussel au Parisien. Dès la tombée des premiers résultats des affectations, nous avons eu des retours très négatifs au niveau local. »

C’est donc sur cette question que Jacques Toubon va saisir Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, Noëlle Lenoir, présidente du comité éthique et scientifique de Parcoursup et Gilles Roussel, président de la Conférence des présidents d’université. Cette initiative vient appuyer la demande originelle de Stéphane Troussel : rendre public le fonctionnement des algorithmes locaux de Parcoursup, ainsi que les critères de sélection de chaque établissement. 

En attendant les résultats de l’enquête, le ministère de l’enseignement supérieur a annoncé qu’il dressera un bilan fin septembre, qui mènera éventuellement à quelques ajustements.