Selon un rapport de l’Ademe, la transition énergétique serait « un vrai levier de développement économique et de création d'emplois » en France.

Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), la transition énergétique pourra créer « jusqu’à 900 000 emplois en France d’ici 2050 ». L’Ademe s’appuie ici sur les résultats de deux études menées dans les régions Hauts-de-France et Occitanie, dont elle vient de publier les résultats

« Un vrai levier de développement économique »

Dans un communiqué, l’agence se veut claire : « Ces études montrent que leurs scénarios de transition énergétique constituent un vrai levier de développement économique et de créations d’emplois. » Elle s’appuie pour cela sur l’étude menée dans les Hauts-de-France. « Dans le scénario le plus prudent en Hauts-de-France, le nombre d’emplois liés au développement des énergies renouvelables serait multiplié par quatre entre 2015 et 2030 avec une augmentation de 7 000 à 31 000 équivalent temps plein », explique l’Ademe.

Les secteurs les plus concernés par cette augmentation seraient les filières bois et énergie, la rénovation énergétique des bâtiments, les transports et la mobilité. Mais sur la même période, « des pertes d’emplois sont à anticiper dans l’entretien et la réparation de véhicules et dans le transport routier de fret ». Malgré tout, le solde de création d’emplois restera positif, « avec un gain net de 21 600 emplois » pour la seule région Hauts-de-France. 

Plusieurs secteurs concernés, d’autres perdants

En Occitanie, ce total atteindrait « près de 90 000 équivalent temps plein », notamment dans les secteurs de la construction, des services marchands et du transport de personnes. L’Ademe note en outre que « la région Occitanie a pris la décision de co-construire un scénario ambitieux pour le territoire en devenant une région à énergie positive d’ici 2050 ». Un stratégie qui « pourrait conduire à un niveau de PIB supérieur à 2 % en 2030 et 3,9 % en 2050 par rapport au scénario tendanciel ». 

Cette étude reste une projection hypothétique, car des politiques nationales d’envergure ne sont pas encore prévues dans le domaine de la transition énergétique. Toutefois, des politiques et initiatives locales peuvent accélérer cette tendance et offrir ainsi quelques perspectives de formation et d’emploi dans ces secteurs.