Les écoles de commerce Bordeaux Ecole de Management et Euromed Management viennent de dévoiler officiellement leur projet de fusion au sein de la nouvelle entité Kedge Business School. Du nom aux ambitions, en passant par les projets internationaux et la recherche, Orientations vous dévoile les premiers éléments d'une nouvelle école de commerce souhaitant atteindre le Top 15 européen des établissements de management.

Kedge Business School, école de commerce née de la fusion BEM-Euromed Kedge Business School, école de commerce née de la fusion BEM-Euromed
BEM et Euromed créent Kedge Business School

Le secret - du moins, ce qu'il en restait - autour du projet de fusion des écoles de commerce BEM et Euromed Management, annoncés dès janvier dernier, vient enfin d'être dévoilé. Et, le moins que le puisse dire, c'est qu'il est audacieux et ambitieux : la nouvelle entité formée veut en effet tout simplement devenir un leader européen de la formation en management !

Pour arriver à leurs fins, les gouvernances des écoles de commerce marseillaise et bordelaise ont étudié de nombreux points. A commencer par le nom de cette nouvelle entité, qui a subi une batterie de tests linguistiques et culturels dans pas moins de 11 langues (de l'anglais à l'allemand, en passant par le mandarin, l'indien, le portugais, le japonais...). Et, comme Orientations vous l'annonçait dès vendredi dernier, le nom de cette nouvelle école de commerce sera bel et bien "Kedge Business School".

"Une marque ambitieuse, évoquant des notions positives"

"Avec un nom, on cherche à fixer un cap", indique Philip McLaughlin, directeur général de BEM. En anglais, le "kedge" désigne en effet une ancre à jet permettant de faire bouger ou tourner un bateau, symbolisant donc une nouvelle direction, un nouveau cap voire un tournant d'exploration. "Nous avons aussi décidé d'adopter une marque en rupture pour sortir de l'univers français et s'ouvrir vers de nouveaux horizons. Nous voulions également une marque ambitieuse, évoquant des notions positives, permettant de connecter des individus tout en nous permettant d'accueillir peut-être un jour d'autres écoles", ajoute-t-il.

"Nous souhaitons constituer une école à forte marque et à notoriété internationale", explique de son côté François Pierson, le président du conseil d'administration d'Euromed Management, qui sera le premier président de la Kedge Business School. D'ailleurs, l'aspect international se retrouve fréquemment dans le projet venant d'être divulgué.

Ouverture de deux campus à l'étranger d'ici à la fin 2014

"Nous avons voulu cette fusion pour avoir une réelle dimension internationale", met ainsi en avant Bernard Belletante. "L'un de nos points stratégiques est de renforcer la position du groupe à l'international, avec le développement de campus à l'étranger, notamment dans les pays émergents et plus particulièrement en Asie", explique le directeur général de l'école de commerce marseillaise. Il est ainsi d'ores et déjà prévu l'ouverture d'un nouveau campus en Europe dès la fin 2013, et d'un autre campus hors Europe d'ici à la fin 2014.

"Nous avons également l'ambition de proposer à nos étudiants des parcours totalement à l'étranger", ajoute Bernard Belletante. Quant aux étudiants étrangers, la Kegde Business School souhaite doubler leur nombre, pour qu'ils représentent une part de 60 % des effectifs d'ici à 5 ans. Un pourcentage ambitieux car, dans le même temps, la nouvelle école de commerce veut faire passer le nombre total d'étudiants de 9200 à 12 000 !

Kedge Business School va rester du côté d'Ecricome

Pour former ces futurs managers, la Kedge Business School annonce la mise en place de nouveaux modes d'apprentissage et de développement des compétences, comme le "Learning by doing". Des programmes de formation globaux et de nouveaux contenus sont également annoncés, avec notamment la diffusion "online" sur l'ensemble des campus.

A noter enfin que les étudiants seront toujours recrutés via la banque d'épreuves Ecricome. "Il va y avoir une simplification du concours : il n'y aura plus qu'un seul concours entre BEM et Euromed Management, avec un seul oral", précise Bernard Belletante.

"Intégrer le Top 15 des écoles de management"

Le directeur général d'Euromed souligne par ailleurs la création "de ce qui va devenir l'un des premiers groupes de recherche français en sciences de gestion", avec un total de 170 professeurs produisant 150 à 200 étoiles dès 2013, et avec pour objectif 200 à 250 professeurs produisant 300 à 375 étoiles d'ici à 2017. La fusion va également faire émerger au niveau mondial plusieurs thèmes de recherche : "Achat, logistique et maritime", "Global supply chain", "Industrie créative", ou encore "Management du vin". Enfin, le budget recherche va passer de 6,5 millions d'euros prévus pour l'année prochaine à plus de 14 millions d'euros d'ici à cinq ans, sur un budget total de 150 millions d'euros.

"L'objectif est ainsi d'intégrer le Top 15 européen des écoles de management d'ici à cinq ans, avec la construction d'un véritable pôle d'excellence", affirme confiant François Pierson, le président de la Kedge Business School.


P. McLaughlin, Directeur BEM révèle l'identité du nouvel acteur de l'enseignement supérieur