Monopoly, Time's up, Risk, La bonne paye... Autant de jeux de société qui rappellent des heures de rires en famille ou entre amis. Mais comment fait-on pour créer de tels jeux ? Réponse avec Stéphanie Lancien, éditrice de jeux de société, qui lance un tout nouveau jeu, "La Course à l'Elysée", le 17 février. Entretien.

La profession de créateur de jeux de société La profession de créateur de jeux de société
Stéphanie Lancien détaille la profession de créateur de jeux de société

En quoi consiste le métier de créateur de jeux de société ?

Stéphanie Lancien : "Inventer un jeu de société, c'est comme écrire un livre : il y a certains mécanismes. Les cartes, le hasard, la stratégie... le tout autour d'un thème. Mais cela peut aussi se faire à l'envers. On choisit un thème et on lui trouve des mécanismes. C'est le cas dans "La Course à l'Elysée". Notre idée était de rendre plus compréhensibles les débats politiques. Le but du jeu est de comprendre la portée d'un message politique et prendre conscience qu'un débat n'est pas si simple. On ne prétend cependant pas faire de la pédagogie."

Quelles sont les étapes suivantes dans l'élaboration d'un jeu de société ?

Plateau du jeu de société La course à l'Elysée Plateau du jeu de société La course à l'Elysée
Plateau du jeu de société La course à l'Elysée

"On réalise ensuite un prototype que l'on dessine. Puis vient la phase de tests. On commence par le cercle familial, les amis, puis des inconnus pour faire ce que l'on appelle des "crash tests". On les laisse jouer sans être présents et sans leur donner d'indications ou d'explications. C'est le seul moyen de voir si le jeu fonctionne.

On peut également participer à des concours de créateurs de jeu pour évaluer son projet. Puis on le soumet aux éditeurs. Il faut alors tout faire pour les convaincre. Pour y arriver, il est nécessaire d'avoir une bonne idée et chercher des mécaniques ludiques, originales et innovantes."

Quelles sont les compétences requises ou la formation à suivre pour exercer ce métier ?

"Il n'y a jamais vraiment eu de formation particulière. Ce sont souvent des joueurs qui créent de nouveaux jeux. Mais il y a des points communs avec les formations de "game artist" et de "game designer".

L'essentiel est d'avoir une bonne idée. Quant aux qualités requises, il ne faut surtout pas avoir peur des critiques. Au contraire, il faut les écouter et s'en inspirer pour améliorer et préciser constamment son projet. Il ne faut donc pas hésiter à repenser sa formule 1 000 fois s'il le faut. Sans oublier pour autant le message que l'on souhaite faire passer. C'est votre projet : il faut s'y tenir et y croire."

Le salaire ?

"La rémunération est très variable. Vous êtes payés sur les droits d'auteur et, en règle générale, c'est compris entre 5 et 7 % du prix de vente au distributeur."

"La course à l'Elysée" sera en vente à partir du 17 février, faut-il courir se le procurer ?

"Oui, car c'est le meilleur jeu du monde (rires) ! C'est un jeu de société tous publics, au cours duquel on prend la parole en tant que candidat à l'élection présidentielle. Pour être élu président(e), il faut débattre et convaincre les autres joueurs avec des idées politiques qui ne sont pas forcément les siennes et cela rend le jeu assez machiavélique... et donc très drôle !"