Véronique Raoult, directrice de cabinet de l'université de Versailles, a confié au site News Tank Education que la Fondation UVSQ (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) avait atteint près de 40 % de son objectif concernant le développement du fonds documentaire de sa bibliothèque.

Le site News Tank Education s'est entretenu avec Véronique Raoult, directrice de cabinet de l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, au sujet de la campagne de collecte de dons mise en place par la Fondation UVSQ afin de renouveler les ouvrages de la bibliothèque universitaire. « Nous avons bon espoir de parvenir à atteindre notre but d'ici à juin 2015 », a-t-elle déclaré.

Objectif : 300 000 euros pour la bibliothèque

Au site News Tank, Véronique Raoult a confié que l'UVSQ souhaitait retrouver sa crédibilité. Pour ce faire, le choix de donner des moyens à la bibliothèque est paru le plus adapté. Et pour cause, aucun livre n'avait été acheté en 2014, faute de moyens. Le fait est que, depuis fin 2012, l'université traverse une période de crise financière (cinq millions d'euros de déficit prévisionnel en 2014) nécessitant de prendre des décisions (fermeture de certaines filières, limitation des horaires de la BU, masse salariale revue à la baisse...).

« Aujourd'hui, le budget de l'université est revenu à l'équilibre, annonce la directrice de cabinet de l'UVSQ. Les résultats sont même légèrement positifs pour 2014. »

Toutefois, la Fondation avait décidé en octobre 2014 de lancer un appel aux dons avec comme objectif récolter 300 000 euros. « Le coût d'un livre revient en moyenne à 40 euros ; un montant de 300 000 euros, cela permet donc l'achat de 7 300 ouvrages, explique Véronique Raoult à News Tank. Ce montant sera réparti ainsi : 55 000 pour les sciences de la santé, 100 000 pour les sciences et technologie, 96 000 pour le droit et les sciences politiques, 49 000 pour les sciences humaines et sociales. »

Des soutiens conséquents

Depuis son lancement, la campagne a porté ses fruits. Si les dons de particuliers (liés à l'université, anciens personnels, parents...) et d'entreprises de la région ont été nombreux, Véronique Raoult se réjouit du soutien d'élus.

« Les députés peuvent octroyer des sommes sur la réserve parlementaire. Pour les sénateurs, c'est techniquement plus compliqué. Nous avons reçu le soutien de trois députés de notre zone géographique, chacun pour 20 000 euros : Valérie Pécresse (UMP), Benoît Hamon (PS) et Françoise Descamps-Crosnier (PS), détaille-t-elle. Aujourd'hui, nous avons reçu 117 186 euros, soit 39,33 % de notre objectif final ».

Une fois la campagne achevée, en juin prochain, la Fondation étudiera les projets qui pourraient faire l'objet d'une campagne en 2016 : projets de recherche, bourses handicap ou pour les étudiants n'ayant pas les clés pour accéder au supérieur.

Sources : News Tank