Afin de venir à bout des préjugés dont est régulièrement la cible l’université de Perpignan-Via-Domitia, la fac mène actuellement une opération coup de poing, pour le moins surprenante, dans les rues de la ville.

"De la recherche à l'université de Perpignan ? Mytho !" Cette phrase qui semble tout droit sortie de la bouche d’un étudiant perpignanais n’est, en fait, rien d’autre que l’une des nombreuses invectives placardées sur les panneaux publicitaires de la ville de Perpignan depuis quelques jours. Le but ? Revaloriser l’image de l’université, visiblement à grands coups d’autodérision.

Des slogans tels que « L’université de Perpignan = échec » ou « Au pire, il y a l’université de Perpignan » ont donc la vocation étonnante de « mieux informer les Perpignanais des bons résultats » de l’établissement « en partant des préjugés » que subit cette dernière, explique Fabrice Lorente, son président à EducPros.

#universitéssanspréjugés

Cette campagne de communication a été lancée et relayée sur les réseaux sociaux par le biais du hashtag #universitéssanspréjugés. Si les 900 membres du personnel de la faculté ont plutôt bien accueilli l’initiative, Fabrice Lorente avoue que les réactions externes ont été plus nuancées. Sur Twitter, certains n’ont pas hésité à dénigrer cette campagne dont ils ne semblaient pas toujours avoir saisi l’ironie…

Première fac en recherche et formation parmi les PMU

Pas de panique cependant, le deuxième volet de cette opération vient, depuis mercredi 10 mai, vanter les mérites de l’université Perpignan-Via-Domitia. Un récent rapport révèle justement que la fac se hisse sur la première marche du podium en termes de recherche et formation parmi les 18 universités françaises de moins de 10.000 étudiants (PMU). Il n’en fallait pas plus pour en faire une grande affiche visant à « redonner de la fierté locale », expose Fabrice Lorente.