Un diplôme sanctionnant les vétérinaires ostéopathes va être mis en place du côté de l'Ecole de Nantes, d'ici à juillet prochain. Le but est de proposer aux clients des experts en la matière, qui ont suivi une formation rigoureuse.

Il n'y a pas que les hommes et les femmes qui se font soigner par des ostéopathes : les animaux ont aussi droit de voir leurs douleurs être soulagées. Pourtant, pour l'heure, bon nombre de vétérinaires "sont en concurrence avec des ostéopathes non vétérinaires", regrette Michel Baussier, président de l'Ordre national des vétérinaires, qui s'est exprimé auprès de nos confrères de l'AFP. Mais les choses vont très prochainement changer : dès ce premier semestre 2014, l'Ecole de Nantes sanctionnera l'ostéopathie sur les animaux par un diplôme. "Grâce à ce diplôme, les clients auront la garantie d'avoir à faire à un professionnel de la santé", se félicite Michel Baussier.

"Le but de cet examen, dont la première session doit réunir une centaine de personnes et se dérouler avant le 1er juillet, est de rassurer le public qui pourra confier son animal à un professionnel, et plus à un non-vétérinaire qui peut être un charlatan", indique pour sa part à l'AFP le professeur Brigitte Filiard de l'Ecole vétérinaire de Nantes.

Des spécialistes des animaux au service des petits bobos

Pour pouvoir passer cet examen, les candidats doivent avoir au préalable suivi des heures d'enseignements théoriques, pratiques et cliniques. Ils doivent également effectuer des stages chez des vétérinaires pratiquant l'ostéopathie, durant toute leur scolarité, qui a duré deux à trois ans. Les candidats à l'examen devront passer une épreuve pratique sur deux animaux différents : chien ou chat et cheval ou bovin. Il leur faudra aussi présenter un mémoire et un rapport décrivant les dix cas cliniques qu'ils ont suivis durant leur formation.

"Il était important de légiférer cette pratique", souligne Brigitte Filiard. L'ostéopathe vétérinaire intervient en complément du vétérinaire lorsque des troubles locomoteurs peuvent être soignés sans médicament ou intervention chirurgicale. Il est alors amené à soulager l'animal par des manipulations spécifiques. Mais bon nombre de personnes pratiquaient ces gestes, sans garanties pour les animaux, et alors que l'exercice illégal de la médecine des animaux peut être puni de deux ans d'emprisonnement et d'une amende allant jusqu'à 30 000 euros.