La nouvelle promotion de l’Ena ne comptera que 30 femmes sur les 80 élèves sélectionnés.

Vendredi 1er décembre, l’Ecole nationale d’administration (Ena) a dévoilé les lauréats de sa promotion 2018-2019. Après neuf mois de concours, de stress et surtout d’attente, 80 élèves ont été sélectionnés pour intégrer la prestigieuse école de la fonction publique.

Une promotion très hétéroclite

Cette année, les inscrits sont âgés de 22 à 45 ans. Leur âge moyen est d’environ 29 ans. Plus de la moitié de la promotion vient de province. Ils sont 55 % à avoir passé leur bac en dehors de la capitale, et deux élèves ont même obtenu leur premier diplôme à l’étranger.

L’Ena peut également se vanter d’être une école ouverte à toutes les formations. Si plusieurs lauréats ont suivi plusieurs cursus au cours de leur scolarité, 60 % d’entre eux viennent de l’université. Les diplômés de Sciences Po Paris sont aussi fortement représentés (46 %), tout comme les étudiants d’école de commerce et de management (27 %). Un inscrit sur dix vient également d’une école d’ingénieurs, d’une école normale supérieure ou d’un IEP en région. Cette année, trois doctorants intègreront l’Ena.

Seulement 37,5 % de femmes

Sur les 80 élèves sélectionnés, seulement 30 sont des femmes. Depuis deux ans, le taux de féminisation est stable. Il reste cependant inférieur au record de 2013, où les femmes représentaient 45 % des inscrits.

Un parcours difficile

Comme chaque année, trois concours sont ouverts aux candidats. Les plus représentés sont les élèves issus du concours externe (minimum bac +3). Cette année, ils seront 40 à entrer à l’Ena. La nouvelle promotion comptera également 32 élèves issus du concours interne (justifier d’une qualité d’agent public pendant au moins quatre ans) et huit du troisième concours (justifier de huit années d’expériences dans le secteur privé, associatif ou syndical). 

Pour ces 80 lauréats, l’aventure a commencé en mars dernier. L’Ena a reçu 1368 candidatures et seulement 181 d’entre eux ont été sélectionnés, suite aux épreuves écrites qui avaient lieu en août. 

Au final, l’école en a retenu un peu moins de la moitié (44 %). Seulement un élève sur treize est sélectionné au concours externe. Alors qu’ils sont un sur 7 au concours interne et un sur huit au troisième concours. 

Le 3 janvier prochain, les 80 lauréats prendront la direction de Strasbourg, où débuteront leurs deux années de formation.