Un audit sur les risques psychosociaux a été lancé sur le campus de Bordeaux, indique Thomas Froehliecher, directeur général de Kedge Business School à News Tank Education.

Depuis juillet 2013, les écoles de management de Bordeaux (BEM) et Marseille-Provence (Euromed) ont fusionné. Elles ont donné naissance à la Kedge Business School. Thomas Froehliecher, nouveau directeur général de l'école révèle à News Tank Education qu'un audit sur les risques psychosociaux a été lancé sur le campus bordelais afin d'évaluer « le bien-être du personnel ».

Un changement de direction

En juillet 2014, Philip McLaughlin, directeur général délégué du campus de Bordeaux était remercié. « Il y avait une volonté de recruter un directeur général et doyen qui ait un regard extérieur et une expérience de management et de gestion d'opérations complexes », expose Thomas Froehliecher dans une interview donnée à News Tank Education.

« Dès lors, mon arrivée a abouti à une restructuration de la gouvernance et son départ (...) Dans un contexte de compétitivité forte comme le nôtre, il y a une nécessité d'aller vite vers un ensemble performant. Dans ce cas-là le recrutement d'un directeur extérieur peut faire sens au niveau collectif », détaille-t-il.

Une école en chantier

Le directeur évoque ses débuts à Kedge Business School. « Je viens d'arriver à la direction (...), je découvre donc l'école qui termine sa première année de fusion explique-t-il. Il faut bien comprendre qu'un an de fusion c'est très peu de temps. Il y a encore de grands chantiers d'ouverts dont le chantier humain qui doit se traiter dans le respect des personnes et des statuts. »

Pour cette raison, « un audit sur les risques psychosociaux a été lancé sur le campus de Bordeaux dévoile-t-il. Le comité de suivi de la fusion a sollicité un cabinet de conseil pour évaluer, cet été, le bien-être du personnel du campus bordelais, à la demande de la direction de l'école. Ce comité va également mener un travail avec ce cabinet pour faire émerger des leviers d'action afin de faire mieux accepter la dynamique de fusion. »

L'objectif ? « Parvenir à une organisation comprise et acceptée », expose le nouveau directeur. « Nous avons la base pour faire un inventaire complet des voies d'amélioration pour les campus (...) Nous pourrons nous atteler à un gros chantier, celui du bonheur au travail explique Thomas Froehliecher. Nous voulons que le personnel des trois campus (NDLR : Marseille, Bordeaux et Toulon) s'approprient collectivement la stratégie de Kedge. Mon travail va consister également à apporter de la complémentarité entre toutes les différences qui émanent des territoires bordelais et marseillais », ajoute-t-il.

Une fusion difficile

Cet audit vient à point nommé pour Kedge Business School. « La fusion entre Bordeaux école de management et Euromed s'est très mal passée (...) Il n'y a pas eu d'accompagnement dans le changement, il y a clairement des rivalités entre les campus de Bordeaux et Marseille », a déclaré une source interne à News Tank Education.

« Le campus de Marseille (...) a pris la gouvernance et (...) impose ses méthodes », ajoute la source, en précisant qu'une vague de démissions du personnel administratif a commencé. Une situation qui devrait s'améliorer si la nouvelle direction, arrivée en août, parvient à trouver des solutions. « Nous devons lui laisser du temps », conclut la source interne dans News Tank Education.