Jeune diplômé de l'école de commerce France Business School, Jérémy Marquet a continué sa formation en master du programme grande école de FBS. Il revient pour Orientations sur son expérience.

Pourquoi avoir opté pour un bachelor dans le cadre de ton cursus scolaire ?

Jérémy Marquet, jeune diplômé du bachelor de France Business School Jérémy Marquet, jeune diplômé du bachelor de France Business School
Jérémy Marquet, jeune diplômé
du bachelor de France Business School

"Après le bac, je voulais faire du commerce, j'étais sûr de cela. J'ai regardé les offres de bachelor, les IUT, les BTS, et ce qui m'a séduit, c'était que les bachelors étaient proposés dans les écoles de commerce. C'était novateur ! Je pensais qu'on pouvait intégrer un établissement de management uniquement après une classe prépa... Mais là, il était possible d'intégrer une grande école post-bac.

Je ne voulais pas faire de classe prépa car je ne pense pas être fait pour cela : j'aime apprendre en faisant, par projets. Je voulais faire du commerce international, et c'était exactement le cas dans le bachelor, avec une 3e année à l'étranger, des cours avec des professionnels, des intervenants internationaux,..."

En tant que jeune diplômé, quelles sont tes impressions par rapport à cette formation ?

"J'ai terminé mon bachelor en juin dernier. Je suis très content car j'ai énormément appris. J'ai pu faire deux fois un stage dans une grande entreprise grâce à la "marque" FBS sur mon CV. J'ai également pu développer mon anglais : j'étais très moyen au lycée mais, durant le bachelor, on nous a poussé à parler anglais. Et ce, par exemple, au travers de tutoriels : c'est une sorte de jeu de rôle en anglais très ludique. Nous avons également eu des cours plus académiques en anglais, mais pas uniquement.

Un bachelor offre également la possibilité de rejoindre rapidement une entreprise, d'aller à l'étranger, tout en ayant une vie à côté, contrairement à la classe prépa. Et puis on a tout intérêt à faire un bachelor, puisqu'on a, au final, plus d'expérience professionnelle grâce aux stages.

On cumule ainsi beaucoup plus avec un bachelor, suivi d'un master d'une école de commerce, qu'avec une prépa et un programme grande école. Avec le bachelor, j'ai trouvé ce que je cherchais, et je n'ai vraiment pas été déçu !"

Selon toi, quels sont les points forts de ce diplôme et, a contrario, les points faibles ?

"Le point fort, c'est le côté international du diplôme. Nous avons des professeurs étrangers, et cela rend le cursus fort, puisque la moitié du parcours est en anglais. Je crois même qu'actuellement, l'accent est mis encore plus fortement, puisque les cours sont en anglais dès la première année. Le bachelor permet aussi de rencontrer des gens issus de l'international et suivant le programme grande école, grâce aux évènements, aux soirées...

Pour le point faible, je pense ne pas avoir acquis assez de connaissances en géopolitique mais, en même temps, il s'agit d'un bachelor, et cela permet d'être directement opérationnel. Moi, je souhaitais devenir cadre dans un délai assez court, et c'est d'ailleurs pour cela que j'ai poursuivi en master."

Quelle a été d'ailleurs la suite de ton parcours après le bachelor ?

"J'ai obtenu mon diplôme en juin dernier et je suis actuellement en master 1 du programme grande école à France Business School. C'est le cas de 90 % des gens qui font un bachelor car, en France, c'est surtout le bac+5 qui est recherché.

Mais j'ai une amie qui a suivi un bachelor et qui travaille en Allemagne. De mon côté, je suis un master en management, mais je n'ai pas encore choisi ma spécialité. Ceci dit, ce sera sûrement en commerce."

Quelles sont les améliorations possibles qui pourraient être apportées à la formation ?

"Il faudrait qu'il y ait quelques étudiants étrangers en plus en première année. France Business School est en train d'y remédier, avec des cours qui seront tout en anglais. Des étudiants chinois devraient venir étudier bientôt en première année. C'est intéressant, notamment lors des tutoriels."