Le nouveau ministre de l’Education nationale était invité de Jean-Jacques Bourdin ce matin sur RMC.

Réformer l’épreuve du baccalauréat est l’un des principaux engagements pris par Emmanuel Macron dans le domaine de l’éducation. Dans son programme, il indique vouloir limiter le nombre de matières à quatre lors de l’épreuve finale, en juin de l’année de terminale. Le reste serait évalué sous forme de contrôle continu. 

« Un bac musclé »

Invité de Jean-Jacques Bourdin, ce 22 mai 2017 sur RMC et BFMTV, Jean-Michel Blancquer a donné quelques éléments supplémentaires sur ce sujet. Le nouveau ministre de l’Education nationale est « favorable à un bac musclé ». En d’autres termes, il souhaite « éviter que le baccalauréat soit trop épais, ce qui est le cas aujourd’hui ».

Nombre de matières incertain

Mais plusieurs lignes du projet restent encore à écrire. Notamment sur le nombre de matières finales. « C’est trop tôt pour le dire », s’est contenté de répondre le ministre. Il a toutefois tenu à rassurer quant à sa position.

"Le baccalauréat est très important à mes yeux. Il y a beaucoup de critiques : certaines sont justes et certaines sont injustes. C’est la dernière institution nationale depuis la suppression du service militaire, il faut le maintenir, c’est un point de repère très important." 

Réformes difficiles

Toucher au baccalauréat est en effet assez délicat, tant l’épreuve est reconnue dans le pays. François Fillon, qui lui aussi promettait de le réformer, s’y était essayé en 2005, alors qu’il était ministre de l’Education nationale, mais avait dû abandonner ses projets face aux contestations.