Accusé de manipulation islamophobe, le directeur de l'IUT de Saint-Denis, Samuel Mayol, a été suspendu de ses fonctions, jeudi 12 novembre. Une décision prise en vertu d'un arrêté signé par Jean-Loup Salzmann, président de l'université Paris 13, dont dépend l'IUT.

Depuis deux ans, l'IUT de Saint-Denis et son directeur, Samuel Mayol, ne cessent de faire parler d'eux. Menacé plusieurs fois de mort et agressé à plusieurs reprises, le directeur de l'IUT avait reçu il y a quelques semaines le prix de la Laïcité 2015.

Accusé de manipulation islamophobe

Samuel Mayol a été suspendu de ses fonctions, jeudi 12 novembre, par Jean-Loup Salzmann, le président de l'université Paris 13, dont dépend l'IUT. Une suspension « à titre provisoire », en attendant qu'une décision définitive soit prise par la section disciplinaire de l'université.

Jean-Loup Salzmann a demandé au ministère de l'Education nationale de nommer un administrateur provisoire, selon les informations du journal Le Monde. « J'ai pris cette décision pour répondre à la situation préoccupante des personnels de l'IUT » se trouvant, depuis maintenant deux ans « dans un climat conflictuel et de suspicion généralisée », a confié le directeur de Paris 13 au quotidien.

Consulté par l'AFP, l'arrêté suspendant le directeur de l'IUT lui reproche d'avoir introduit « un nombre significatif d'objets cultuels » (des tapis de prière) dans le local d'une association étudiante musulmane afin de faire croire à une dérive communautariste au sein de l'IUT.

Pour finir, il lui est également reproché d'avoir octroyé à « certains agents de l'IUT » des « congés indus, comptabilités de manière parallèle, en dehors du logiciel de gestion habituel ».