Il est possible de faire des études d'ingénieurs dans une école d'ingénieurs intégrée mais également à l'université. Si les possibilités sont doubles, la finalité est, elle, la même : former des décideurs de qualité.

Dans les imaginaires, études d'ingénieurs riment bien souvent avec grandes écoles. Pourtant, plus d'une centaine d'écoles d'ingénieurs en France - soit près la moitié du nombre total - sont rattachées à une université. A l'image des grandes écoles, certaines ont été créées il y a plusieurs dizaines d'années, quand d'autres sont bien plus récentes.

Les écoles d'ingénieurs à l'université sont, par ailleurs, de plus en plus nombreuses et, comme leurs aînées "indépendantes", elles peuvent être à la fois généralistes ou spécialisées.

Ecole intégrée à l'université : un titre d'ingénieur à la clef

Les cursus des formations d'ingénieurs universitaires sont également sanctionnés par le titre d'ingénieur reconnu par la CTI (Commission des titres d'ingénieurs). La formation comprend une base d'enseignements scientifiques et technologiques, généralement complétée par une spécialisation. Celle-ci peut se faire dans de nombreux domaines, en fonction de l'établissement : télécommunications, matériaux, énergie, électronique, informatique...

Autre avantage de la formation d'ingénieur : son caractère professionnalisant. Les étudiants sont en effet amenés à travailler autour de projets et effectuent plusieurs stages durant leur scolarité. Une fois diplômés et recrutés par une entreprise, ils seront souvent amenés à animer une équipe ou à devenir chef de projet.

Des étudiants aux profils variés

Les écoles d'ingénieurs intégrées à l'université, si elles ne se distinguent ni par leurs cursus, ni par leurs débouchés des grandes écoles d'ingénieurs, sont néanmoins réputées pour offrir une sélection de leurs étudiants plus "ouvertes". Les formations d'ingénieurs universitaires proposent généralement un cycle préparatoire intégré ou sont accessibles sur concours aux élèves issus de prépas scientifiques.

Mais elles recrutent aussi traditionnellement des élèves venus de DUT, de L2 scientifique et même de BTS (généralement après une classe prépa ATS). Là encore, cette particularité a désormais tendance à s'estomper, face aux possibilités de plus en plus nombreuses d'intégrer une grande école d'ingénieurs par le biais des admissions parallèles.

Les écoles d'ingénieurs universitaires gardent néanmoins une longueur d'avance en matière de recherche. Accolées aux autres laboratoires de l'université, elles offrent souvent la possibilité, à leurs élèves, de compléter leurs études par un Master recherche, qui se révèle un atout supplémentaire sur le marché du travail.