La triche aux examens est un phénomène ancien, mais qui est devenu aujourd’hui un titre de gloire, s'alarme une journaliste, dans un livre paru le 13 octobre.

Tout le monde - ou presque - triche aux examens, en France comme à l'étranger, et à tous les niveaux de diplôme ! C'est le constat que dresse la journaliste Marie-Estelle Pech, dans son livre-enquête "l'Ecole de la triche" (L’Editeur), dont Le Figaro publie une série d'extraits.

Un phénomène ancien et varié

La fraude aux examens est un phénomène ancien, note la journaliste. Elle a ainsi retrouvé des traces de cette pratique remontant au XVIème siècle ! En France, c'est l'introduction du baccalauréat en 1808 qui a néanmoins organisé la triche, "allant même jusqu'à engendrer des systèmes mafieux".

Ces pratiques frauduleuses sont aujourd'hui massives et mondiales, constat-t-elle, qui rappelle au passage que "le plagiat est aussi un phénomène en pleine expansion dans l'éducation", notamment dans l'enseignement supérieur. L'apparition des smartphones a, en outre, contribué à faire évoluer la triche, voire même à la faire augmenter.

Des groupes glorifiant la triche sur Facebook 

Plus encore, la journaliste s'inquiète de ce que réussir en trichant soit devenu un titre de gloire. Sur internet, où "la triche n'est plus un sujet tabou ou honteux", elle constate qu'il existe des centaines de groupes facebook dont les adhérents "se vantent de tricher ou d'avoir triché". Le groupe "Il n'est pas interdit de tricher, il est interdit de se faire prendre" compte ainsi plus de 11 000 "fans" sur Facebook.

Marie-Estelle Pech voit dans ce renversement des valeurs "le symbole d'une faillite morale" de la société française, où les "obsessions de la vitesse, de la performance […] poussent à emprunter des raccourcis dangereux, des solutions simplistes". Rien ne permet d'ailleurs, selon elle, d'affirmer que les pratiques de triches aux examens ne seront pas transposées dans le monde du travail ou vis-à-vis de l'administration publique. Et de s'interroger : "Les politiciens véreux ou les financiers escrocs d'Enron ou de Goldman Sachs ont-ils commencé par fabriquer des antisèches lors de leurs examens de lycée ?".

Orientations