Située en plein cœur de l’Europe, entre Paris, Bruxelles et Londres, la région Hauts-de-France est en pleine mutation économique, laissant son passé industriel faire place à des secteurs en fort développement. Pour ce faire, la région favorise l’alternance comme solution d’avenir.

En Nord-Pas-de-Calais

Aux portes de la Belgique, le Nord-Pas-de-Calais profite d'une position géostratégique favorable au sein de l'espace européen. Sa situation lui permet d'attirer de nouvelles activités industrielles stratégiques comme les biotechnologies ou les textiles innovants.

L'attractivité de la métropole lilloise contribue également au développement des services aux entreprises, gros pourvoyeurs d'emploi dans la région. Cette reconversion économique s'est accompagnée d'une volonté de transformation dans le domaine des formations, avec une large place accordée à l'alternance.

Les entreprises nordistes s'engagent

Côté formation, la carte des cursus proposés s'élargit chaque année avec aujourd'hui un catalogue de plus de 400 diplômes allant du CAP au niveau ingénieur. Chaque ouverture de formation est effectuée en partenariat avec les branches professionnelles.

« L'alternance est une véritable chance, encore plus en temps de crise. Ainsi, actuellement, nous sommes 18 salariés, dont une bonne moitié d'apprentis. Cela nous permet de répondre à tous les chantiers pour lesquels nous sommes sollicités, tout en alliant flexibilité et qualité », met en avant le dirigeant d'une PME spécialisée dans le BTP. Le développement de l'alternance s'apparente donc aujourd'hui à une véritable solution pour répondre aux besoins des professionnels de la région, tout en offrant une formation de qualité aux plus jeunes.

En Picardie

Depuis quelques années, le poids de l'industrie est en repli en Picardie. Alors, la région a décidé de miser sur la nouveauté. « L’apprentissage, c’est aussi penser aux métiers de demain. C’est par exemple le cas des métiers de l’éolien : électromécanicien, hydraulicien, mécanicien… Depuis la rentrée 2013, nous avons notamment ouvert un centre spécialisé, qui forme à ces professions, par le biais de contrats de professionnalisation et d’apprentissage », met en avant Frédéric Leprêtre, ancien directeur de la formation et de l’apprentissage au conseil régional de Picardie.

L'alternance, une formule payante

La Picardie entend bien poursuivre ses efforts, l’alternance étant une formule payante. « L'alternance est une excellente piste pour favoriser l'accès à l'emploi des jeunes diplômés. Ces formations permettent en effet aux étudiants de “ mettre un pied ” dans l'entreprise, tout en bénéficiant d'un salaire, ce qui leur permet de poursuivre des études jusqu'à bac+3 ou bac+5, chaque catégorie devant faire face à des difficultés spécifiques pour réussir son insertion sur le marché du travail », affirme Catherine Barry responsable en charge de l'apprentissage à l'université Jules-Verne, à Amiens.