Soignants, personnels de ministères ou de collectivités, opposants politiques, enseignants, étudiants mais aussi lycéens prennent part ce mardi 10 octobre à la grève des fonctionnaires, organisée pour protester contre des mesures du gouvernement. 

Feux de poubelle devant les lycées

A Paris, plusieurs lycées ont été bloqués par des élèves, notamment Lamartine (9e) , Bergson (19e) ou Voltaire (11e). Devant des deux derniers, des feux de poubelle ont été allumés par les élèves contestataires. Les pompiers de Paris ont même dû intervenir au lycée Voltaire, où le feu se propageait sur la porte d’entrée de l’établissement. 

Suite à cet incident, les élèves ont été évacués et le lycée a fermé ses portes pour la journée. Gilles Pécout, recteur de Paris et Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, ont tous deux condamnée les biolences commises devant le lycée Voltaire.

Pour la première fois depuis dix ans, les neuf syndicaux de la fonction publique ont appelé à cette journée de grève et de manifestation, qui se tient dans toute la France. Comme prévu, la France Insoumise est présente dans le cortège à côté des contestataires. 

Guerre des chiffres

Un peu avant midi, le ministère de l’éducation nationale annonçait dans un communiqué la participation aux manifestations de 17,47 %. Une participation plus forte dans le primaire (19,37 %) que dans le second degré (15,89 %). 

Des chiffres contestés par les organisateurs. Selon les syndicats, entre 35 et 50 % des enseignants sont aujourd’hui en grève. Le SNUIpp-FSU, premier syndicat dans le primaire, donne le taux de 50 % de grévistes chez les professeurs des écoles.