Enclavée entre la Belgique, le Luxembourg et l’Allemagne, qui a fait de l’alternance une de ses priorités, la nouvelle région Grand Est propose une offre très large en matière d’alternance. Au total, 37 000 apprentis préparent plus de 1 000 diplômes, au sein de 105 CFA.

En Alsace : l’alternance en plein développement

Commerce, réparation d'automobiles, construction et transport, entreposage : en termes d'emploi, ces secteurs d'activité sont les plus importants en Alsace. Des domaines dans lesquels beaucoup d'entreprises de la région recrutent de plus en plus de jeunes en alternance.

Les établissements adaptent leur offre de formation

« Quand nous prenons la décision de lancer un parcours en alternance, c'est en fonction du terrain, des demandes des entreprises et de nos partenaires. C'est ainsi que nous avons pris la décision de lancer un master en management du tourisme, à la rentrée 2013, ainsi qu'un master supply chain management. Et, en 2014, nous avons ouvert un master en e-marketing. Toutes ces filières destinent nos étudiants aux métiers de demain », souligne Marie-Hélène Brémont, directrice des relations entreprises à l'EM Strasbourg Business School.

Dans certains secteurs, le taux d'insertion professionnelle à l'issue de la période d'apprentissage est supérieur à 85 %. C'est le cas dans les métiers de l'informatique, du génie civil ou encore de la santé, selon le tableau de bord régional de l'apprentissage publié par l'Observatoire régional emploi formation en 2015. Une excellente nouvelle pour ceux qui souhaitent se lancer dans  un de ces secteurs.

En Lorraine : Une formule très appréciée

En Lorraine, l'alternance se développe à une bonne cadence.  « De nombreuses formations sont désormais disponibles en alternance. Certaines sont accessibles en contrat de professionnalisation ou d'apprentissage, d'autres ne le sont que pour une seule forme de contrat », précise Annick Gorka, chargée du développement de l'alternance à l'université de Lorraine.

Des entreprises qui recrutent

Dans cette région, l'industrie est en baisse mais reste un secteur emblématique (16,5 % des emplois en 2012 selon l'Insee). La fonction publique n’est pas très bien représentée, avec 82,1 fonctionnaires pour 1 000 habitants. Pourtant, comme l’industrie, ce secteur n'hésite pas à recruter des jeunes. « L'alternance est possible dans tout type d’entreprise, dans les domaines tertiaires ou industriels, explique Annick Gorka. Les établissements publics à caractère administratif ne peuvent pas, par contre, avoir recours au contrat de professionnalisation, et signent donc des contrats d’apprentissage. L'industrie est quant à elle très demandeuse d'étudiants en licence professionnelle. De même, le secteur bancaire est particulièrement dynamique », ajoute-t-elle.

Des étudiants qui jouent un rôle important dans les entreprises. « Ils contribuent à leur bon fonctionnement, plaide Daniel Bissat, ancien directeur du CFA de Laxou. Les entreprises forment des alternants pour assurer leur pérennité et favoriser l'insertion des jeunes intéressés par le métier ». Une bonne nouvelle pour les étudiants souhaitant mettre rapidement un pied sur le marché du travail.

En Champagne-Ardennes : des formations en plein expansion

Berceau du plus prestigieux des vins, le champagne, la région est très marquée par l'agriculture. L'industrie, la métallurgie, l'agroalimentaire et la mécanique y connaissent aussi un fort développement. Les services sont également en plein essor, et de nombreuses infrastructures viennent dynamiser le développement du territoire, qui offre de sérieuses perspectives d'avenir aux nouvelles générations.

Une région marquée par l'alternance

Depuis plusieurs années, la Champagne-Ardenne s'efforce de promouvoir l'alternance auprès des entreprises et des jeunes, car elle croit fortement aux vertus de ce mode de formation. « L'alternance est clairement l'une des priorités de l'université, car elle permet d'améliorer l'insertion professionnelle des jeunes diplômés tout en les aidant financièrement parlant », indique Gilles Baillat, ancien président de l'université de Reims Champagne-Ardenne (2012-2016).

Avec la hausse des places en alternance dans le supérieur, les secteurs de pointe ont largement ouvert leurs portes aux apprentis. Le domaine de l'énergie est notamment l'un des gros employeurs d'apprentis de la région, pour nourrir, entre autres, sa filière nucléaire. La mécanique et la finance sont également très friandes de cette voie d'apprentissage, alors que le BTP et les métiers de l'artisanat sont toujours en recherche de jeunes motivés pour renouveler leurs effectifs, soumis à un fort vieillissement.